Discussion:
! ! ! AUSWEIS BITTE ! ! ! SCHNELL ! ! !
Add Reply
a***@orcon.net.nz
2020-05-12 23:02:57 UTC
Odpowiedz
Permalink
horyzontu linie splatam warkocz
tego szkicu , intencje jasne
jak ptak Tu wiatr widzę
niecierpliwość , bycia
jutrem (o: itd :o)
dziś
nie dadzą mi
się przestawić na polski

! ! ! AUSWEIS BITTE ! ! ! SCHNELL ! ! !

La technologie de "contrôle de l'humanité" inventée par Bill Gates
http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1576

Fin mars, la compagnie Microsoft a obtenu un brevet
pour l'algorithme appelé Cryptocurrency System Using Body Activity Data
(Système crypto-monétaire utilisant les données sur l'activité de l'organisme).

Selon ses développeurs, à l'aide d'un biocapteur (puce) intégré dans ou sur le corps
il est possible de suivre à distance
l'activité du cerveau humain, du système sanguin et d'autres systèmes de l'organisme,
de transmettre les informations sur les ondes du cerveau,
la température du corps, le pouls, le flux de liquides biologiques, etc.
Selon ces indicateurs le client pourra savoir
ce que fait à cet instant le porteur de la puce:
consulte-t-il les réseaux sociaux, son courriel,
un moteur de recherche, un contenu vidéo, etc.

L'utilisateur pourra prétendre à une récompense en cryptomonnaie
en accomplissant des actions simples qui seront suivies à l'aide d'un biocapteur.
Sachant qu'un tel minage pourrait être inconscient.
"Au lieu d'une tâche de calcul laborieuse nécessitée par certains systèmes crypto-monétaires,
les données obtenues pendant la mesure de l'activité de l'organisme
peuvent servir de confirmation du travail accompli.
En conséquence,
l'utilisateur pourra remplir cette tâche de calcul difficile inconsciemment",
stipule le brevet.

Quel travail est prévu par les développeurs de Microsoft?
Par exemple, regarder la publicité, utiliser certains services en ligne.
Les développeurs espèrent que ce système sera demandé par les entreprises
parce que cela permettra de suivre les réactions de consommation et les préférences.
Ce qui fournirait des possibilités supplémentaires aux compagnies.

Toutes les nouveautés suscitent des suspicions.
Parmi les avantages éventuels:
la possibilité de scanner en ligne un individu pour dépister des maladies
et prévenir des maladies potentielles
en cas d'union des forces de l'industrie pharmaceutique et des technologies.
Il sera possible de détecter des maladies à un stade précoce,
ainsi que d'effectuer des analyses en ligne (par exemple, de sucre).
Pour l'instant les inconvénients sont bien plus nombreux:
un contrôle total avec tout ce que cela implique.
Qui et comment pourrait disposer de ces informations?
Les questions sont plus nombreuses que les réponses à l'heure actuelle.

On ignore encore si cette technologie deviendra très répandue,
mais son apparition sur le marché ne semble être qu'une question de temps.
Elle intéresse aussi bien les hommes d'affaires que les internautes ordinaires
qui voudraient gagner un peu d'argent pratiquement sans rien faire

Microsoft Patents New Cryptocurrency System Using Body Activity Data
https://news.bitcoin.com/microsoft-cryptocurrency-system/

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1574

Entretien avec Lucien Cerise :
« face au biopouvoir, nous n’avons pas le capital économique.
Mais nous avons le capital humain ».
6 mai 2020 Actualités - Actions militantes

Dans un récent entretien avec Vice, le dénonciateur de la NSA, Edward Snowden,
a exprimé ses inquiétudes concernant le programme de surveillance à venir,
l’appelant « l’architecture de l’oppression ».
Nous avons demandé à Lucien Cerise son analyse du nouveau contrôle social à venir.

R/ L’état d’urgence sanitaire
est-il pour vous un bon moyen pour les gouvernements mondiaux
de poursuivre la réduction de nos libertés collectives et individuelles ?
Pour vous, le confinement est-il un instrument d’ingénierie sociale ?

Cet état d’urgence sanitaire est le prétexte idéal
pour tenter de fabriquer le consentement des populations
à une transformation du lien social sur une base transhumaniste,
c’est-à-dire fondée sur un encadrement scientifique général,
présentant un fort caractère carcéral et concentrationnaire,
et allant dans le sens de l’artificialisation et de la réification du vivant,
sa chosification, sa réduction à un objet.
On peut reprendre à Michel Foucault et Giorgio Agamben
la notion de biopouvoir pour décrire un pouvoir politique
qui étudie la biologie, la médecine et les sciences de la vie autant que le droit ou l’économie.
Le biopouvoir, qui n’est qu’une mise à jour de la notion d’eugénisme,
se caractérise donc par une intrusion toujours croissante
dans l’intimité physique des gens pour la modifier et surtout la contrôler.

En effet, ce qui dérange le biopouvoir,
c’est la prolifération de la vie et de l’organique,
impossible à contrôler totalement.
Le transhumanisme est une tentative
d’enfermement de l’organique dans une forme prétendument augmentée,
mais surtout aseptisée, standardisée et sous contrôle,
tentative de meurtre du vivant et de son aspect toujours imprévisible et débordant.
Les gens normaux se refusent donc naturellement au transhumanisme.
Pour parvenir à les emprisonner là-dedans malgré tout,
il faut les séduire ou leur faire peur,
afin de les soumettre volontairement par des manœuvres d’ingénierie sociale
du type « pompier pyromane » et triangle de Karpman,
consistant à exploiter les projections psycho-émotionnelles
de la trilogie bourreau/victime/sauveur.

Cela commence par le déclenchement d’une crise,
suivi d’une opération d’hameçonnage (phishing),
c’est-à-dire un piratage de l’esprit par usurpation d’identité et abus de confiance,
où le responsable de la crise,
en position de « bourreau », se présente comme le « sauveur »
qui va protéger les « victimes » de la crise.
Quand le piratage est accompli,
que le bourreau a gagné la confiance de la population victime
et qu’elle s’ouvre à lui en abaissant ses défenses
parce qu’elle le perçoit comme un sauveur,
alors le pirate-bourreau peut passer à la deuxième phase
sans rencontrer de résistance,
c’est-à-dire la réécriture de l’architecture sociale
selon un nouveau plan présenté comme une solution de sortie de crise.
Cette restructuration du lien social
consiste à prendre le contrôle des relations
que les gens entretiennent librement
pour les recomposer à leur place.
Comment ?
Cela se fait toujours en jouant sur les relations de confiance et de méfiance,
afin de prendre le contrôle des relations de proximité et de distance.
Avec cette crise du coronavirus,
la relation à autrui et au monde est réécrite
pour être fondée sur la méfiance et la paranoïa,
selon une sorte de conflit triangulé généralisé,
où chacun est potentiellement bourreau de chacun.
Je dois apprendre à me méfier d’autrui et de la nature,
avec le maintien d’une distance entre moi, autrui et le monde,
et cette distance m’est dictée par le biopouvoir auquel,
en revanche, je suis tenu d’accorder une confiance aveugle,
au risque d’être accusé de « conspirationnisme »
et d’encourir des représailles judiciaires.
En résumé : pour le biopouvoir, cette crise du Covid-19
doit couper l’Histoire en deux
et faire entrer l’humanité dans une nouvelle ère
où l’auto-organisation du vivant sera progressivement abolie
pour être entièrement subordonnée
et rationnalisée par un pouvoir scientifique eugéniste.

R/ La surveillance numérique de masse passe
par les fameuses applications d’Apple ou de Google de contrôle sanitaire.
Comment les États et les grandes multinationales de la Silicon Valley se partagent
les informations et les rôles dans cette opération ?

Les États et les grandes multinationales
sont toujours en fait dirigés directement ou indirectement
par ce que l’on appelle le complexe militaro-industriel,
qui n’est pas exclusivement américain, chaque pays possède le sien,
mais celui des USA est le plus agressif.
L’avant-garde de la recherche scientifique
est toujours sponsorisée, surveillée et récupérée
en premier lieu par les unités de « recherche et développement » militaires.
Au niveau géopolitique international, tout est militarisé
(weaponized, comme disent les anglophones),
tout est rapport de forces, tout est volonté de puissance et relations dominant/dominé.
Les applications de géolocalisation et de surveillance numérique de masse
sont des outils de contrôle social,
c’est-à-dire en fait de militarisation des comportements.

Nous sommes dans une guerre hybride mondiale. Par exemple, la Chine,
qui est sous attaque permanente des USA et des réseaux de George Soros,
a besoin de militariser et discipliner sa population par un encadrement informatique global.
Afin de conserver sa souveraineté numérique et le contrôle de sa population,
la Chine doit aussi prévenir et limiter les risques de piratages informatiques de l’étranger,
d’où la campagne lancée par Pékin
pour débarrasser totalement son parc informatique des systèmes d’exploitation étrangers,
dont le plus connu est Windows de Microsoft,
et développer de nouveaux systèmes d’exploitation
et outils informatiques de conception chinoise et fabriqués en Chine,
et qui seront dépourvus des backdoors et autres logiciels espions de la NSA.

À terme, la Chine va donc devenir un trou noir pour les services de renseignement anglophones,
les Five Eyes de l’accord UKUSA et du système Echelon, et leurs associés israéliens et autres.
Dans quelques années, il sera pratiquement impossible de pirater, espionner
et attaquer le parc informatique chinois,
qui sera beaucoup mieux sécurisé qu’aujourd’hui.
Cet exemple chinois aura une forte capacité d’entraînement à l’internationale
et fera des émules par effet domino en Asie et partout dans le monde.
On comprend que cette émancipation chinoise
de l’hégémonie numérique occidentale
provoque un vent de panique de la Silicon Valley à Washington
en passant par Tel-Aviv : c’est la fin du projet néoconservateur de domination mondiale.
Ce qui ne veut pas dire que le gouvernement chinois va instaurer le paradis sur Terre,
mais qu’il pourra certainement relâcher la surveillance de sa population
quand les risques de déstabilisation de la Chine
par des attaques extérieures et intérieures
de cinquièmes colonnes pro-occidentales auront été jugulés.

R/ Les Français auront-ils le choix de refuser le traçage numérique ?

Pour le biopouvoir, il n’est pas prévu que nous ayons le choix.
Comme beaucoup de gens, je vois les pièces du puzzle s’assembler depuis un certain temps,
mais c’est l’affaire de Tarnac en 2008
qui a joué pour moi un rôle de catalyseur
et m’a poussé à rédiger un texte que j’ai publié sous anonymat,
Gouverner par le chaos – Ingénierie sociale et mondialisation.

J’exposais dans cet opuscule comment certaines forces politiques et économiques
cherchaient à implémenter une dictature numérique
au moyen d’une stratégie du choc qui pouvait être une épidémie,
et je citais à l’appui de cette prospective un texte manifeste de 2004,
le Livre Bleu, rédigé par le lobby du numérique en France, le GIXEL (devenu ACSIEL en 2013),
dans lequel étaient exposés certains stratagèmes pour faire accepter dans l’opinion publique
le développement de l’identité numérique.

(1) Dans le cadre de sa fondation ID-2020,
Bill Gates élabore aussi un système d’identification numérique
pour le monde entier et cherche à le vendre ainsi : à cause du coronavirus,
il faut vacciner toute la planète,
et nous devons tous recevoir un certificat numérique de vaccination.
Plusieurs technologies de certificat numérique
plus ou moins invasives sont à l’étude : dans votre Smartphone ;
dans un bracelet électronique ; sur la peau sous forme de tatouage à points quantiques ;
sous la peau sous forme de puces électroniques.
Si finalement nous pouvons avoir le choix et échapper à ce sort,
c’est parce que nous aurons remporté le rapport de forces pour dire « Non ! »
Tout est axé autour de la formule
confinement/distanciation sociale/vaccination/surveillance électronique,
dont il faut attaquer chaque point.

R/ Que nous réserve la suite des événements, selon vous ?

En fait, il faut se poser la question : comment vais-je peser sur la suite des événements ?
Il faut sortir du rôle de spectateur ou d’analyste des événements,
il faut créer les événements.
Le biopouvoir mondialiste a de gros moyens financiers
pour créer des événements au niveau international,
impacter le réel et écrire l’Histoire.
Il possède des millions, donc, en face, nous devons être des millions.

Nous n’avons pas le capital économique,
mais nous avons le capital humain.
Pour créer l’événement, impacter le réel et écrire l’Histoire contre le biopouvoir,
pour faire dérailler son programme,
il faut se poser deux questions concrètes : comment gagner la bataille de l’opinion publique
et comment organiser les masses politiquement ?

La bataille de l’opinion publique se gagne
en se formant aux méthodes de communication stratégique et d’ingénierie sociale,
rhétorique et retournement de l’opinion (spin),
dans le réel ou sur les réseaux sociaux, du moins tant que c’est possible,
car la prochaine crise devrait être cyber et toucher Internet,
comme l’a annoncé Alain Bauer.

(2) Cette grande crise cybernétique et numérique,
d’ampleur géopolitique et déclenchée par un virus informatique
qui provoquerait le « bug du siècle »,
permettra au pouvoir de couper Internet au moins partiellement,
et surtout de mettre fin à la réinformation indépendante avec un bon prétexte.
C’est le programme du Grand Confinement,
par l’addition du confinement physique
et du confinement mental – cognitif et informationnel.

Le but ultime est d’abolir toute auto-organisation du peuple,
donc toute autonomie dans l’organisation horizontale de la société.
Pour cela, il faut d’abord couper les gens physiquement les uns des autres dans le réel,
par le confinement physique, la distanciation sociale, le télétravail,
et tenter de pérenniser ce nouvel ordre social
en annonçant que « plus rien ne sera comme avant »,
comme on nous le martèle depuis des semaines.
Puis, dans un deuxième temps, au prétexte d’une crise numérique globale,
le pouvoir coupera les gens les uns des autres dans le virtuel aussi,
avec un Internet en mode dégradé,
limité au télétravail et à quelques messageries et portails inoffensifs,
usages qui seront malgré tout conservés, ce qui sera présenté comme une victoire.
Il faut essayer d’imaginer l’enfer que serait un confinement physique sans Internet,
c’est-à-dire sans aucun accès à la réinformation,
sans aucune possibilité de comprendre ce qui se passe
car nous serions enfermés physiquement à domicile, ou dans un périmètre limité,
et enfermés mentalement dans la narration exclusive du pouvoir,
dans une seule version des événements.
Dans d’autres publications,
j’ai baptisé cette fabrique de l’aliénation mentale « reality-building »,
car elle repose sur le principe de l’hypnose : la parole de l’hypnotiseur devient la réalité de l’hypnotisé.
(3)
Comment cela est-il possible ?
Parce que l’hypnotisé, qui n’est pas forcément endormi,
n’a pas d’autre source d’information que la parole de l’hypnotiseur.
Avant d’en arriver là, avant qu’il ne soit trop tard,
il y a urgence à gagner le combat politique,
ce qui signifie prendre le pouvoir, et ne pas se contenter des contre-pouvoirs,
dans la rue ou sur Internet, qui risquent fort de devenir impraticables de toute façon.
Prendre le pouvoir signifie être en capacité de se faire obéir par les forces de l’ordre.
L’activité métapolitique n’est donc pas suffisante,
il faut investir aussi le champ politique du pouvoir légal.
Les forces de l’ordre,
qui ont une capacité de contrainte sur votre corps et votre esprit,
n’obéissent pas à la métapolitique
mais au gouvernement et à ses représentants locaux, c’est-à-dire à l’État.
Il faut donc reprendre le contrôle de l’État
si nous voulons sortir de l’impuissance à laquelle la métapolitique nous limite.
Ceci suppose d’organiser les masses
de manière structurée dans une perspective de conquête du pouvoir,
ce qui suppose à son tour, et inévitablement, de jouer le jeu quelque peu ingrat
de la politique politicienne et des organisations politiques de masse.

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1574

http://philanthropynewsdigest.org/news/bloomberg-philanthropies-commits-10.5-million-for-contact-tracing

https://news.yahoo.com/lawmakers-warn-coronavirus-contact-tracing-110029995.html

Cryptocurrency System Using Body Activity Data
https://news.bitcoin.com/microsoft-cryptocurrency-system/

(o: koniec przerwy :o)
a***@orcon.net.nz
2020-05-14 18:19:57 UTC
Odpowiedz
Permalink
w * naszym * raju ( o świcie z ziewającą ekipą )
przed zŁowieniem obiadu , chwila na kawę i
zerknięcia w świeżą ( virtualną ) * prasę *
z dalekiego ( nEuro - niewolników ) świata :

Christophe sur 13 mai 2020 à 11 h 43 min
Des enfants de maternelle en pleurs !
Des images insoutenables.
Honte à nos gouvernants

https://insolentiae.com/ecoles-la-balle-aux-prisonniers-avec-que-des-prisonniers/

isabelle sur 13 mai 2020 à 11 h 44 min
Du camp de concentration au camp de l’isolement
ou comment faire pour déshumaniser absolument
ceux qui se croient comme tels (humains).
Retour en 40 avec les mêmes monstres…..
en plus ambitieux

Bonanza sur 13 mai 2020 à 12 h 17 min
Après le confinement familial
et l’humiliation organisée de la population,
le dressage au berceau n’est-ce pas ?

Alain sur 13 mai 2020 à 12 h 07 min
Toutes les études à ce jour concordent
sur le fait que le virus est bénin pour les enfants
et peu contagieux de leur part.
On a fait paniquer toute la population
pour un virus peu virulent pour les classes d’âge actives
et maintenant on traumatise les enfants
(et on passait des interviews de parents
s’inquiétant de l’école alors qu’ils les laissaient jouer
sans contraintes sur des terrains de jeu,
la terreur que l’on instille détruit en plus le bon sens!).

A croire qu’il y a volonté délibérée
de créer des générations
de paranoïaques plus faciles à manipuler.

Et malgré cela on est visiblement pas parvenu à protéger
ceux pour lesquels le virus est vraiment dangereux!
Et il n’y aura jamais de leçons sérieuses tirées de ce gâchis invraisemblable
car personne ne voudra admettre qu’il a sur-réagi sur base d’infos (Ferguson)
qu’il n’ont jamais soumis à un second contrôle
alors qu’on interdit la chloriquine faute de ce double contrôle !!!

Dans sur 13 mai 2020 à 12 h 05 min
Les décisions de nos gouvernements sont d’une stupidité
à mourir ou à pleurer de rire
si les conséquences sur les gamins n’étaient pas aussi tristes.
Demandez à des enfants de 10 ans de ne pas se toucher
c’est ridicule, irréaliste et cela les traumatise en prime.
Les politiciens ont perdu la tête c’est un monde de fous.

La mise en coupes réglées du peuple par le POUVOIR se confirme
jour après jour avec le concours d’une partie de la population
à commencer par tous ces enseignants
qui ignorent ce que peut être la désobéissance civile
et dont la première des préoccupations
devrait être non pas celle de collaborer avec le POUVOIR
dans son dessein de conditionnement des individus
afin de les mener plus tard et plus facilement vers un monde d’esclaves
mais au contraire celle de montrer la voie de l’insoumission,
la seule qui peut mener à la délivrance de l’Être.

Al sur 13 mai 2020 à 12 h 10 min
Proverbe Iranien :
« C’est le berger, et non le loup, qui mange le plus de moutons ! »

Les gens sont des moutons…
le covid c’est une c…rie d’hystériques !

https://insolentiae.com/ecoles-la-balle-aux-prisonniers-avec-que-des-prisonniers/

I'll tell me ma - Angelo Kelly & Family

a***@orcon.net.nz
2020-05-17 08:37:19 UTC
Odpowiedz
Permalink
A Grim New Normal Ahead?
Worse than Orwell’s 1984.
Unprecedented Global Poverty and Human Misery

https://www.globalresearch.ca/grim-new-normal/5712116

“Greater Depression than the 1930s…
hundreds of millions thrown out of work” in the US, West, and worldwide.
By Stephen Lendman
Global Research, May 07, 2020
Theme: History

Will historians one day look back at unfolding events related to today’s public health crisis and economic collapse as a post-coronavirus new normal that’s grimly different from what preceded it?

Do ongoing events mark the beginning of an unacceptable dystopian future — combining the worst of Orwell’s 1984 and Huxley’s Brave New World?

Will unacceptable US-led Western militarism and neoliberal harshness seem no worse than mildly irritating compared to what’s coming?

These are no ordinary times. What’s unfolding in real time could hardly have been imagined pre-New Year’s day.

There’s never been anything remotely like it in our lifetimes.

Most worrisome is that the worst of times may only have just begun, worse still to come, a protracted nightmare for the vast majority of people in the West and elsewhere.

Economic hard times like nothing ever before experienced may continue longterm for ordinary people in the West and elsewhere.

Will unprecedented unemployment, poverty, food insecurity, and human misery for countless millions in the US and West be part of the the new normal?

Economist John Williams projects US unemployment at “around 41% for April 2020, versus 22.9% in March” — based on how it was calculated pre-1990, after which the model was reconfigured to conceal the US labor market’s dismal state. Official U-3 numbers are meaningless.

At the height of the Great Depression, US unemployment was around 25% at a time when the nation’s ruling authorities instituted jobs creation programs — their actions world’s apart from Trump regime and congressional indifference to the public welfare.

Economic Collapse.com noted that April 2020 US job losses were double the number experienced during the 2008-09 Great Recession, adding:

What’s unfolding in real time “is truly, truly horrifying, and many believe that what we have experienced so far is just the beginning” of protracted harder than ever hard times with no end of them in prospect for ordinary Americans.

Without jobs there’s no income for food, rent or mortgage payments, medical care, and other essentials to life and well-being — at a time when US ruling authorities and lawmakers care only about themselves, their cronies, and the nation’s privileged class, ordinary Americans left largely on their own.

Hundreds of thousands or more shut down small and medium-sized businesses, along with some large ones, may never reopen — millions of jobs permanently lost.

Traumatized Americans from daily COVID-19 fear-mongering won’t likely resume former normal activities when lockdowns are eased and ended.

If professional sports competition resumes, it’ll be in empty or near-empty stadiums, a surreal prospect.

US Indifference to Public Health: The Shame of the Nation
Restaurants, shops, theaters, airline and other transportation terminals will likely be partially patronized at most for some time to come.

When people have money, they spend it. Unprecedented US/Western unemployment perhaps for years to come means reduced sales and profits for businesses along with no end to widespread human misery.

Economist Richard Wolff projects a “Greater Depression than the 1930s…hundreds of millions thrown out of work” in the US, West, and worldwide.

He minced no words, saying: “Capitalism is a broken, unstable system that is beyond repair…”

Lessons learned from the Great Depression were ignored, promises made broken. The result is an untenable situation in the US and elsewhere.

Predatory capitalism exploits ordinary people to benefit the privileged few.

The system is beset by instability, recessions, depressions, speculation, market bubbles and crashes.

Economist John Maynard Keynes once said the following:

“Speculators may do no harm as bubbles on a steady stream of enterprise.”

“But the position is serious when enterprise become the bubble on a whirlwind of speculation.”

“When the capital development of a country becomes a by-product of the activities of a casino, the job is likely to be ill-done.”

In the US and West, a government/business partnership manipulates markets in ways most people don’t understand or know is happening.

Current US equity prices match peak excess of the dot.com bubble.

In his book on the 1929 Wall Street market crash, John Kenneth Galbraith said the following:

“The fact was that American enterprise in the twenties had opened its hospitable arms to an exceptional number of promoters, grafters, swindlers, impostors, and frauds.”

“This, in the long history of such activities, was a kind of flood tide of corporate larceny.”

Predatory capitalism virtually assures that what goes around, comes around.

What’s ongoing today is shaping up to be the worst of hard times with no end of them in prospect for ordinary people.

It’s a perfect storm of recession becoming depression, unprecedented unemployment, mass impoverishment, failing businesses, crushing public and private debt, ruinous militarism, antipathy to social justice, and creeping totalitarian control.

All of the above is happening in combination with a public health crisis.

Thailand Medical News (TMN) has been ahead of the curve in accurately predicting COVID-19 events before they unfolded.

It called US and UK ruling authorities “incompetent to control the” current public health crisis, ominously warning the following:

“(A)bout 230,000 Americans would die by the end of August 2020 and the death toll would hit about 2.7 million by the end of May 2021 if things go on as the way it is,” adding:

“This is but a conservative estimate based on an optimistic outlook, but the situation could be far worse.”

TMN slammed failed policies of the Trump and Boris Johnson regimes, including reckless promotion of “drugs like chloroquine, hydroxychloroquine and now remdesivir.”

Science know-nothing Trump and his White House COVID-19 task force “have no clue what they are doing and some are even more dangerous and should not be even listened to (like) Anthony Fauci, Deborah Birx, and (HHS head/former Big Pharma executive) Alex Azar.”

“It’s shocking to the world that a highly developed country like America with the most highly qualified medical professionals and medical researchers in the world is the country that has most badly managed the COVID-19 crisis.”

Establishment media coverage is “ridiculous” and harmful to human health. Things are as bad in Britain as in the US.

TMN: “The next (COVID-19) wave is even going to get much worst and everyone has to be fully prepared in order to survive it” — a chilling prediction.

*
u2
2020-05-19 19:29:25 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
A Grim New Normal Ahead?
Worse than Orwell’s 1984.
Unprecedented Global Poverty and Human Misery
https://www.globalresearch.ca/grim-new-normal/5712116
“Greater Depression than the 1930s…
hundreds of millions thrown out of work” in the US, West, and worldwide.
By Stephen Lendman
Global Research, May 07, 2020
Theme: History
Will historians one day look back at unfolding events related to today’s public health crisis and economic collapse as a post-coronavirus new normal that’s grimly different from what preceded it?
Do ongoing events mark the beginning of an unacceptable dystopian future — combining the worst of Orwell’s 1984 and Huxley’s Brave New World?
Will unacceptable US-led Western militarism and neoliberal harshness seem no worse than mildly irritating compared to what’s coming?
These are no ordinary times. What’s unfolding in real time could hardly have been imagined pre-New Year’s day.
There’s never been anything remotely like it in our lifetimes.
Most worrisome is that the worst of times may only have just begun, worse still to come, a protracted nightmare for the vast majority of people in the West and elsewhere.
Economic hard times like nothing ever before experienced may continue longterm for ordinary people in the West and elsewhere.
Will unprecedented unemployment, poverty, food insecurity, and human misery for countless millions in the US and West be part of the the new normal?
Economist John Williams projects US unemployment at “around 41% for April 2020, versus 22.9% in March” — based on how it was calculated pre-1990, after which the model was reconfigured to conceal the US labor market’s dismal state. Official U-3 numbers are meaningless.
At the height of the Great Depression, US unemployment was around 25% at a time when the nation’s ruling authorities instituted jobs creation programs — their actions world’s apart from Trump regime and congressional indifference to the public welfare.
What’s unfolding in real time “is truly, truly horrifying, and many believe that what we have experienced so far is just the beginning” of protracted harder than ever hard times with no end of them in prospect for ordinary Americans.
Without jobs there’s no income for food, rent or mortgage payments, medical care, and other essentials to life and well-being — at a time when US ruling authorities and lawmakers care only about themselves, their cronies, and the nation’s privileged class, ordinary Americans left largely on their own.
Hundreds of thousands or more shut down small and medium-sized businesses, along with some large ones, may never reopen — millions of jobs permanently lost.
Traumatized Americans from daily COVID-19 fear-mongering won’t likely resume former normal activities when lockdowns are eased and ended.
If professional sports competition resumes, it’ll be in empty or near-empty stadiums, a surreal prospect.
US Indifference to Public Health: The Shame of the Nation
Restaurants, shops, theaters, airline and other transportation terminals will likely be partially patronized at most for some time to come.
When people have money, they spend it. Unprecedented US/Western unemployment perhaps for years to come means reduced sales and profits for businesses along with no end to widespread human misery.
Economist Richard Wolff projects a “Greater Depression than the 1930s…hundreds of millions thrown out of work” in the US, West, and worldwide.
He minced no words, saying: “Capitalism is a broken, unstable system that is beyond repair…”
Lessons learned from the Great Depression were ignored, promises made broken. The result is an untenable situation in the US and elsewhere.
Predatory capitalism exploits ordinary people to benefit the privileged few.
The system is beset by instability, recessions, depressions, speculation, market bubbles and crashes.
“Speculators may do no harm as bubbles on a steady stream of enterprise.”
“But the position is serious when enterprise become the bubble on a whirlwind of speculation.”
“When the capital development of a country becomes a by-product of the activities of a casino, the job is likely to be ill-done.”
In the US and West, a government/business partnership manipulates markets in ways most people don’t understand or know is happening.
Current US equity prices match peak excess of the dot.com bubble.
“The fact was that American enterprise in the twenties had opened its hospitable arms to an exceptional number of promoters, grafters, swindlers, impostors, and frauds.”
“This, in the long history of such activities, was a kind of flood tide of corporate larceny.”
Predatory capitalism virtually assures that what goes around, comes around.
What’s ongoing today is shaping up to be the worst of hard times with no end of them in prospect for ordinary people.
It’s a perfect storm of recession becoming depression, unprecedented unemployment, mass impoverishment, failing businesses, crushing public and private debt, ruinous militarism, antipathy to social justice, and creeping totalitarian control.
All of the above is happening in combination with a public health crisis.
Thailand Medical News (TMN) has been ahead of the curve in accurately predicting COVID-19 events before they unfolded.
“This is but a conservative estimate based on an optimistic outlook, but the situation could be far worse.”
TMN slammed failed policies of the Trump and Boris Johnson regimes, including reckless promotion of “drugs like chloroquine, hydroxychloroquine and now remdesivir.”
Science know-nothing Trump and his White House COVID-19 task force “have no clue what they are doing and some are even more dangerous and should not be even listened to (like) Anthony Fauci, Deborah Birx, and (HHS head/former Big Pharma executive) Alex Azar.”
“It’s shocking to the world that a highly developed country like America with the most highly qualified medical professionals and medical researchers in the world is the country that has most badly managed the COVID-19 crisis.”
Establishment media coverage is “ridiculous” and harmful to human health. Things are as bad in Britain as in the US.
TMN: “The next (COVID-19) wave is even going to get much worst and everyone has to be fully prepared in order to survive it” — a chilling prediction.
*
thank you
a***@orcon.net.nz
2020-05-20 05:04:19 UTC
Odpowiedz
Permalink
dziś epoczta , cięższa
więc znów zerkam tu
na tacę dam co mam
bylejakość w tej chwili
mój głos , rozpuszczony
w tej nocy rozcieńczany
jeszcze , językiem obcym
Tu zgarnia okruchy słów
z drugiej strony , absencji
powrót pod prąd ( siebie )
nie chce , być ( łososiem )
Tu się zaTrzymać nie jest
( dla nikogo ) drogą światła
rającego - patrz - co oświeca
wszystko , wypił ocean znów
mnie wypluł , widocznie ( tu )
nic więcej nie można zRobić
w świetle , prawa ( u ) facetów
którzy nigdy nie są spragnieni
lekkości pieśni w oceanie kropli
nic nie mówiącej beze mnie , Tu
speak , white is a dead language
mówiĄ że nie istnieję , tymczasem
czuję się wiem , Wszędzie przyjmę
w postaci wiatru unoszącego , mnie
przenikając ze mną sieć bez oczek
( starej nowej koszuli ) konformizmu
życia które się poddało niewolnikom
poZostała stara śpiewka nowej ciszy
dziś * ludzi * karmi się np * ptakami *
( kurczakami ) które od tysięcy pokoleń
nie widziały słońca ani innych ptaków
zwierząt żadnych robaków , roślin itp
zdrowe faszerowane antybiotykami
nie wiedzą po co są skrzydła .
* ludzie * ( jeszcze ) biegają
w gim ( jak chomiki ) na
( karuzeli ) treadmills
żeby zaPamiętać
że mają nogi
( dłuższe od kości ogonowej )
ale już im wystarcza telefon
( inteligentniejszy od nich )
grzecznie doczekają się
implantu decyzji życia
i śmierci ( itd ) bliżej
( wciąż ) podobniej
do kurczaków ?

Actuellement,
la technologie veut réduire l'intelligence humaine
à une Intelligence Artificielle donc sans âme.
De même on veut réduire la santé de l'ensemble des individus uniques
à celle d'une masse d'êtres similaires nécessitant des mesures identiques.
Cette uniformité est désastreuse et coûte très cher.
Plus le confinement a été entier, plus il a fait de dégâts,
La statistique est utilisée pour prendre des décisions,
Il en va de même avec les modélisations ...
qui a passé outre le bon sens des médecins de terrain

https://mfmeuron.blog.tdg.ch/archive/2020/05/15/science-sans-conscience-306493.html#more

Science sans conscience...
"n'est que ruine de l'âme, disait Rabelais".
Aujourd'hui on peut dire
qu'elle est ruine de l'âme de l'art médical!
Nous constatons actuellement
à quel point la techno-science médicale
dirige les systèmes sanitaires,
tandis que les réactions au covid 19,
avec tout ce qu'il suscite,
révèlent combien cette techno-science se trouve limitée
voire démunie sur divers plans.
"on ne raisonne plus d’une façon rationnelle face à un problème
et on adopte la formule de la Silicon Valley
qu’on appelle le solutionnisme technologique :
la technologie a la réponse à tout.
On oublie que derrière la technologie,
il y a des programmateurs
qui, s’ils n’ont pas la réponse,
le solutionnisme n’en aura pas non plus !
les programmateurs n'ont pas d'âme,
autrement dit,
qu'ils ne sont pas portés par un souffle créateur.

(o; itd ;o)
u2
2020-05-20 10:58:28 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
dziś epoczta , cięższa
więc znów zerkam tu
na tacę dam co mam
bylejakość w tej chwili
mój głos , rozpuszczony
w tej nocy rozcieńczany
jeszcze , językiem obcym
Tu zgarnia okruchy słów
z drugiej strony , absencji
powrót pod prąd ( siebie )
nie chce , być ( łososiem )
Tu się zaTrzymać nie jest
( dla nikogo ) drogą światła
rającego - patrz - co oświeca
wszystko , wypił ocean znów
mnie wypluł , widocznie ( tu )
nic więcej nie można zRobić
w świetle , prawa ( u ) facetów
którzy nigdy nie są spragnieni
lekkości pieśni w oceanie kropli
nic nie mówiącej beze mnie , Tu
speak , white is a dead language
mówiĄ że nie istnieję , tymczasem
czuję się wiem , Wszędzie przyjmę
w postaci wiatru unoszącego , mnie
przenikając ze mną sieć bez oczek
( starej nowej koszuli ) konformizmu
życia które się poddało niewolnikom
poZostała stara śpiewka nowej ciszy
dziś * ludzi * karmi się np * ptakami *
( kurczakami ) które od tysięcy pokoleń
nie widziały słońca ani innych ptaków
zwierząt żadnych robaków , roślin itp
zdrowe faszerowane antybiotykami
nie wiedzą po co są skrzydła .
* ludzie * ( jeszcze ) biegają
w gim ( jak chomiki ) na
( karuzeli ) treadmills
żeby zaPamiętać
że mają nogi
( dłuższe od kości ogonowej )
ale już im wystarcza telefon
( inteligentniejszy od nich )
grzecznie doczekają się
implantu decyzji życia
i śmierci ( itd ) bliżej
( wciąż ) podobniej
do kurczaków ?
Actuellement,
la technologie veut réduire l'intelligence humaine
à une Intelligence Artificielle donc sans âme.
De même on veut réduire la santé de l'ensemble des individus uniques
à celle d'une masse d'êtres similaires nécessitant des mesures identiques.
Cette uniformité est désastreuse et coûte très cher.
Plus le confinement a été entier, plus il a fait de dégâts,
La statistique est utilisée pour prendre des décisions,
Il en va de même avec les modélisations ...
qui a passé outre le bon sens des médecins de terrain
https://mfmeuron.blog.tdg.ch/archive/2020/05/15/science-sans-conscience-306493.html#more
Science sans conscience...
"n'est que ruine de l'âme, disait Rabelais".
Aujourd'hui on peut dire
qu'elle est ruine de l'âme de l'art médical!
Nous constatons actuellement
à quel point la techno-science médicale
dirige les systèmes sanitaires,
tandis que les réactions au covid 19,
avec tout ce qu'il suscite,
révèlent combien cette techno-science se trouve limitée
voire démunie sur divers plans.
"on ne raisonne plus d’une façon rationnelle face à un problème
et on adopte la formule de la Silicon Valley
la technologie a la réponse à tout.
On oublie que derrière la technologie,
il y a des programmateurs
qui, s’ils n’ont pas la réponse,
le solutionnisme n’en aura pas non plus !
les programmateurs n'ont pas d'âme,
autrement dit,
qu'ils ne sont pas portés par un souffle créateur.
(o; itd ;o)
tres bien
andal
2020-05-20 18:52:40 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
A Grim New Normal Ahead?
Worse than Orwell’s 1984.
Unprecedented Global Poverty and Human Misery
https://www.globalresearch.ca/grim-new-normal/5712116
“Greater Depression than the 1930s…
hundreds of millions thrown out of work” in the US, West, and worldwide.
By Stephen Lendman Global Research, May 07, 2020 Theme: History
podziekuj zydom
u2
2020-05-20 19:57:29 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by andal
Post by a***@orcon.net.nz
A Grim New Normal Ahead?
Worse than Orwell’s 1984.
Unprecedented Global Poverty and Human Misery
https://www.globalresearch.ca/grim-new-normal/5712116
“Greater Depression than the 1930s…
hundreds of millions thrown out of work” in the US, West, and worldwide.
By Stephen Lendman Global Research, May 07, 2020 Theme: History
podziekuj zydom
danke szen
andal
2020-05-20 20:22:28 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by u2
Post by andal
Post by a***@orcon.net.nz
A Grim New Normal Ahead?
Worse than Orwell’s 1984.
Unprecedented Global Poverty and Human Misery
https://www.globalresearch.ca/grim-new-normal/5712116
“Greater Depression than the 1930s…
hundreds of millions thrown out of work” in the US, West, and worldwide.
By Stephen Lendman Global Research, May 07, 2020 Theme: History
podziekuj zydom
danke szen
ty tez szkop?
u2
2020-05-20 21:22:12 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by andal
Post by u2
Post by andal
Post by a***@orcon.net.nz
A Grim New Normal Ahead?
Worse than Orwell’s 1984.
Unprecedented Global Poverty and Human Misery
https://www.globalresearch.ca/grim-new-normal/5712116
“Greater Depression than the 1930s…
hundreds of millions thrown out of work” in the US, West, and worldwide.
By Stephen Lendman Global Research, May 07, 2020 Theme: History
podziekuj zydom
danke szen
ty tez szkop?
aber ja naturlich
a***@orcon.net.nz
2020-05-24 22:17:55 UTC
Odpowiedz
Permalink
już skończyłem * partyturę * dyktować
dumni dziś znów świętujemy zmachani
( mojej zaKochanej ) Siostrzana Dusza
znalazła środek ( mnie ) wynagrodzenia
za rozwiązanie biologicznego problemu
oni dostaną patent a mi podarują bazę
naukową przy Fiordlandzie opuszczoną
( o powierzchni stadionu olimpijskiego )
i nasz klan ją odda pod opiekę Maori
adwokaci japońscy sprawdzają umowę
udoskonalają z Winnie Ansley i Eeva
(o: akrybię tej kolejnej arki noego :o)
dla * naszych * dzieciaków :

Mark Knopfler - The Long Road


( się ) tu ogarnąć ( tą ) chwilę
w tym obcym * niedostępnym *
( dla mojego otoczenia ) języku
zŁączyć z * globalnym * światem :

http://helenofdestroy.com/index.php/165-duck-and-cover-and-burn-the-heretics-the-modern-day-cult-of-corona

the Modern-Day Cult of Corona - La secte moderne du Corona

https://fr.sott.net/article/35666-Tous-aux-abris-et-brulez-les-heretiques-La-secte-moderne-du-Corona

Drovers’ Road


[o; lecz , to nie ( tędy ) droga do * naszej * Atlantydy ;o]
brat_olin
2020-05-24 22:33:01 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
już skończyłem * partyturę * dyktować
dumni dziś znów świętujemy zmachani
( mojej zaKochanej ) Siostrzana Dusza
znalazła środek ( mnie ) wynagrodzenia
za rozwiązanie biologicznego problemu
oni dostaną patent a mi podarują bazę
naukową przy Fiordlandzie opuszczoną
( o powierzchni stadionu olimpijskiego )
i nasz klan ją odda pod opiekę Maori
adwokaci japońscy sprawdzają umowę
udoskonalają z Winnie Ansley i Eeva
(o: akrybię tej kolejnej arki noego :o)
Mark Knopfler - The Long Road
http://youtu.be/zqHdzatTBhA
Jprdl!

--
Smart questions to stupid answers
u2
2020-05-25 11:38:02 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by brat_olin
Post by a***@orcon.net.nz
już skończyłem * partyturę * dyktować
dumni dziś znów świętujemy zmachani
( mojej zaKochanej ) Siostrzana Dusza
znalazła środek ( mnie ) wynagrodzenia
za rozwiązanie biologicznego problemu
oni dostaną patent a mi podarują bazę
naukową przy Fiordlandzie opuszczoną
( o powierzchni stadionu olimpijskiego )
i nasz klan ją odda pod opiekę Maori
adwokaci japońscy sprawdzają umowę
udoskonalają z Winnie Ansley i Eeva
(o: akrybię tej kolejnej arki noego :o)
Mark Knopfler - The Long Road
http://youtu.be/zqHdzatTBhA
Jprdl!
--
Smart questions to stupid answers
doskonały przekład, setnie się ubawiłem:)
u2
2020-05-25 11:34:40 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
the Modern-Day Cult of Corona - La secte moderne du Corona
https://fr.sott.net/article/35666-Tous-aux-abris-et-brulez-les-heretiques-La-secte-moderne-du-Corona
Tous aux abris et brûlez les hérétiques — La secte moderne du Corona
Helen Buyniski- Helenofdestroy
Sott.net
sam., 23 mai 2020 18:48 UTC

La peur et l'incertitude dominent la couverture médiatique de
l'épidémie de Covid-19. Le nouveau coronavirus est dépeint non pas comme
un agent pathogène banal dont les miracles de la science moderne sont en
passe de venir à bout d'un jour à l'autre, mais comme un mal invisible
qui rôde partout, redoutable au point d'inspirer une terreur
respectueuse même dans les hautes sphères de l'establishment médical. Et
au cas où les Américains [tout comme les populations d'une grande partie
des pays occidentaux - NdT] auraient des doutes sur la façon dont ils
sont censés considérer cette nouvelle menace virale, les têtes pensantes
de l'establishment qui délivrent sur un ton assuré leur dose quotidienne
de news à un public acquis ont troqué leur habituelle morgue contre
l'appréhension. Dans ce « vide de confiance », la réaction populaire à
la pandémie a pris une tournure religieuse. Les mesures de protection,
comme les masques, ont pris un caractère talismanique, le lavage des
mains est devenu une performance rituelle, et une secte fondée sur la
dénonciation et la mise au pilori des « hérétiques » a pris possession
de l'esprit de nombre de gens, tandis qu'on les dépouille tranquillement
de leurs droits, désormais remplacés par un État policier paternaliste.

park brooklyn covid-19

Des espaces sûrs désormais disponibles à Brooklyn, New York City
Incapables de voir l'« ennemi » microscopique dont on leur dit
qu'il menace leur vie et celle de leur famille, et privés d'un remède
scientifiquement prouvé, les individus qui cherchent à être libérés du
Covid-19 n'ont plus que leur foi dans l'efficacité des mesures de
protection prescrites par les experts médicaux — notre caste de prêtres
scientifiques — pour le tenir à distance. Si cela s'arrêtait là, la
secte du Corona ne serait qu'une simple curiosité — après tout, les
humains se sont toujours tournés vers la religion en période de trouble,
et cela bien avant l'invention de l'écriture. Mais son côté obscur
pointe déjà le bout de son vilain nez : ceux qui s'opposent à la
nouvelle orthodoxie se voient accusés d'être responsables de ce « fléau ».

Nous sommes déjà passés par là. Au Moyen Âge, les paysans pieux
étaient maintenus sur le droit chemin par des prêtres qui leur disaient
que Dieu surveillait leurs moindres faits et gestes. Lorsqu'un fléau
apparaissait, il était interprété comme un châtiment divin, la colère de
Dieu s'abattant sur une population pécheresse. Ceux qui voulaient se
distinguer par leur dévotion s'autoflagellaient en public, ou portaient
des vêtements douloureux appelés « cilices » — dans les deux cas, dans
le but de « mortifier la chair », littéralement de « mettre à mort »
leur nature pécheresse.

Ce n'est pas un hasard si l'autoflagellation a atteint son apogée
pendant la Peste noire. Ceux qui la pratiquaient pensaient que s'ils
faisaient pénitence en s'infligeant des souffrances physiques, ils
seraient épargnés par les souffrances de la peste envoyée par Dieu. Ceux
qui refusaient publiquement de participer aux rituels religieux de
l'époque étaient qualifiés d'infidèles, d'hérétiques, de sorciers ou
autres serviteurs du Diable. Ils pouvaient être chassés de la ville ;
beaucoup étaient torturés et même tués — souvent de façon atroce et
choquante — au fil des siècles et de l'arrivée au pouvoir de
l'Inquisition. On racontait régulièrement aux bigots que leurs malheurs
étaient dus à la présence d'une influence satanique parmi eux, les
problèmes complexes étant déclarés résolus par le simple bannissement de
la présence outrageante.

La société occidentale peut toujours prétendre avoir laissé ces
âges sombres loin derrière elle, mais il n'en reste pas moins que
l'attrait des explications simplistes et le désir de trouver un
accomplissement dans la souffrance partagée — infligée ou endurée — sont
plus puissants que jamais.

Le Masque de la mort rouge

statue liberty covid mask
© Inconnu
[Le Masque de la mort rouge est le titre d'une nouvelle d'Edgar
Allan Poe - NdT]

Les masques sont devenus à la fois le symbole visuel de l'épidémie
de Covid-19 et le fétiche religieux dominant de la secte du Corona.
Alors que de New York à Laredo au Texas, des réglementations les rendant
obligatoires dans les lieux publics ont été adoptées, et que les chaînes
de magasins comme Costco ont interdit aux clients d'entrer sans masques
dans leurs supermarchés, il est impossible de ne pas remarquer ces
individus tellement dévoués au rituel du port du masque qu'ils les
arborent jusque dans leurs propres voitures — toutes vitres remontées —
ou lorsqu'ils traversent en toute hâte des rues désertées par
l'épidémie. Une communication déplorable est en partie responsable de
cette situation — les Centers for Disease Control ont à plusieurs
reprises changé de discours lorsqu'il s'agissait de décider qui devait
porter des masques : d'abord, les « malades », ensuite « uniquement les
soignants », et enfin « tout le monde ». Cependant, l'idolâtrie du
masque à laquelle s'adonne la secte du Corona va bien au-delà du simple
suivi des recommandations d'une agence de santé publique.

Le masque a pris une signification surnaturelle qui éclipse
largement son utilité protectrice face aux maladies. Même les masques
N-95 recommandés par les autorités sanitaires pour protéger la société
contre les personnes infectées se sont largement révélés inefficaces
pour protéger les personnes saines des personnes infectées dans leur
entourage, et les frêles masques chirurgicaux désormais omniprésents
dans les rues constituent de bien piètres barrières de protection contre
la transmission du virus. En effet, certains médecins attirent
l'attention sur l'aspect contre-productif du masque , en raison du faux
sentiment de sécurité qu'il procure, tandis que d'autres considèrent
qu'il est en fait dangereux en raison du risque d'hypoxie — manque
d'oxygène — et d'hypercapnie — excès de dioxyde de carbone. Pourtant,
dans de nombreuses villes, il est impossible d'entrer dans un
supermarché sans se couvrir la bouche et le nez — quel que soit
l'accessoire utilisé — même si les yeux ne sont pas protégés, et sont
donc vulnérables à toutes les particules virales potentiellement en
suspension dans l'air. Les injonctions à porter un masque n'ont donc
rien à voir avec la santé et tout à voir avec la foi religieuse. Elles
permettent aux fidèles de transmettre à distance leur vertu et de se
reconnaître instantanément entre eux, tout en signalant les
non-conformistes comme autant de mécréants à fuir — comme la peste.

Tout comme l'ail et la croix étaient autrefois censés éloigner les
vampires, le masque facial est censé conjurer l'« ennemi invisible »
omniprésent. On peut se sentir un peu idiot en conduisant avec un
masque, ou en accrochant une gousse d'ail à sa fenêtre, mais mieux vaut
prévenir que guérir — et si vous n'avez pas été infecté, ou que des
vampires ne se pas sont présentés à votre chevet, qui peut dire que ça
ne marche pas ?

Rituel et mouchardage

Une foule de rituels a vu le jour chez les adeptes de la secte du
Corona, du plus bénin, quoique excentrique — nettoyer toutes les
surfaces exposées avec des lingettes Lysol — au plus sinistre — dénoncer
les voisins « coupables » d'infractions supposées. La peur du virus leur
insuffle une ferveur empreinte de terreur au point que même les mesures
les plus simples et les plus scientifiquement fondées, comme se laver
les mains, ont acquis un caractère hautement ritualiste. Le traumatisme
épidémique nous incite à remettre en question des mesures considérées
auparavant comme allant de soi ; comment expliquer autrement la
popularité des dizaines d'« applications pour bien se laver les mains »
disponibles sur les smartphones ? Tout comme les paysans de jadis
auraient pu, effrayés par le spectre de la Peste noire, se rendre
régulièrement à l'église, leurs descendants, déterminés à vivre une vie
« plus propre », visionnent minutieusement les vidéos YouTube consacrées
au sacro-saint lavage des mains.


Mais un autre vestige des âges sombres renaît de ses sinistres
cendres. Alors que nos ancêtres dénonçaient comme « sorcières » leurs
excentriques voisines après avoir vu ces vieilles filles joyeuses se
livrer à des cabrioles avec Satan sous la pleine Lune, les mouchards des
temps modernes se ruent sur leurs smartphones et composent des numéros
de téléphone spécialement dédiés au signalement des transgressions
faites aux commandements de distanciation sociale. Ces services sont
d'une popularité inquiétante — le site de dénonciation néo-zélandais a
planté plusieurs fois au cours de la première semaine de mars, tandis
que plus de quatre mille personnes se bousculaient pour balancer leurs
voisins coupables d'avoir violé les règles strictes de confinement
établis dans le pays, des règles qui répartissent les gens dans des «
bulles » établies en fonction de leurs conditions de vie, et leur
interdisent d'interagir avec ceux qui se trouvent en dehors de leur «
bulle ».



On trouve toutes sortes de mouchards. Il y a toujours eu des
fouines qui appellent la police lorsque leur voisin met la musique trop
fort, au lieu de frapper à leur porte et de leur demander poliment de
baisser le son. Mais dans la secte du Corona, ces crapules sont
rejointes par des personnes que la peur a rendues à moitié hystériques,
et qui sont convaincues que le fait de dénoncer les contrevenants les
protégera d'une manière ou d'une autre de la contamination par le virus.
Ils ne diraient jamais une chose aussi absurde à haute voix, bien sûr —
si on leur demande, ils prétendent simplement être inquiets pour la
communauté, ou avoir peur que le comportement irresponsable de leur
victime ne propage le Covid-19 bon gré mal gré. Peut-être même
déclarent-ils que leur décision de dénoncer leur voisin était « pour
leur propre bien ». Tout comme l'inquisiteur s'inquiétait pour ceux
qu'il torturait sur le chevalet — pour « l'âme immortelle » de ses
victimes — le mouchard moderne rationalise la trahison de ses voisins en
affirmant que la brigade du virus s'intéresse à la santé des hérétiques
qu'il balance, tout en poussant secrètement un grand ouf de soulagement
parce que ce n'est pas lui qui se fait torturer — ou qui est placé sous
respirateur artificiel... en tout cas, pas cette fois. Suivre les ordres
devient une source de réconfort pour le mouchard privé des plaisirs
normaux de la vie par le confinement — lui offrant la possibilité
(illusoire) de passer du statut de victime à celui de héros.

Cette frénésie de Schadenfreude est alimentée par les Unes des
médias qui célèbrent le châtiment karmique des réfractaires au
confinement. Qu'il s'agisse de spring beakers (étudiants fêtards) testés
positifs au Covid-19 après avoir bravé le danger et fait la fête sur la
plage, ou de fanfarons qui se vantent sur les réseaux sociaux d'avoir
défié les mesures de distanciation sociale, le lynchage public des
hérétiques est un sujet populaire chez les adeptes de la secte du Corona
confinés chez eux. John McDaniel, un habitant de l'Ohio qui avait
critiqué son gouverneur pour avoir confiné l'État, est (apparemment)
mort du coronavirus en avril dernier, et les médias sociaux ont dansé
sur sa tombe et se sont servis de sa mort pour attaquer d'autres «
sceptiques » — dont Donald Trump qui, parce qu'il ne s'agenouille pas
devant l'autel du virus, continue de faire écumer les fanatiques de
rage. Le journaliste de CNN Jake Tapper a déclaré que « pratiquement
tous les jours », il lisait qu'un sceptique du Corona avait succombé au
virus, et il met ces décès sur le dos des médias et des politiciens
conservateurs — l'hérésie, apparemment, est aussi contagieuse que le
virus. Le New York Post, qui a publié un article moralisateur sur un
coiffeur anonyme de Kingston (New York) qui avait contracté le virus
après avoir prétendument violé les mesures de confinement pendant
plusieurs semaines pour couper des cheveux, s'est également empressé de
faire le lien entre un pic de cas de coronavirus survenu dans le
Kentucky et une manifestation contre le confinement quelques jours
auparavant — même si la longue période de latence du virus (et le fait
qu'une grande partie des nouveaux cas étaient apparus dans des maisons
de retraite) rendait pratiquement impossible le lien entre les deux
événements. Et la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, une des
figures gouvernementales les plus fanatiques de la secte américaine du
Corona, a laissé entendre dans une conférence de presse que les
manifestations étaient plus susceptibles de contribuer à la propagation
du virus que toute autre forme de « rassemblement ».

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est peut-être
l'exemple le plus médiatique du phénomène de « châtiment divin » — sa
conversion à la secte du Corona (après quelques jours passés à suggérer
timidement que l'immunité collective pourrait être une meilleure
stratégie sanitaire) est arrivée trop tard pour empêcher son placement
en soins intensifs aux mains du NHS (National Health Service) — celui-là
même que son parti a tenté de privatiser. Après qu'il s'est rétabli,
l'actrice Miriam Margolyes a déclaré qu'elle voulait qu'il meure, et
certains médias ont applaudi, tout heureux de donner l'impression qu'ils
étaient subversifs. Non seulement les adeptes de la secte du Corona font
cause commune en acclamant le virus lorsqu'il pourfend les dissidents
qui contestent leur vision du monde, mais leur propre adhésion à un
dogme totalement schizophrène se voit confirmée, à leurs yeux, comme la
voie à suivre, en témoigne l'infortune des hérétiques. Une austérité
imposée a tendance à être impopulaire auprès de ses victimes, mais
lorsqu'on présente ces privations comme un noble sacrifice auxquels tout
le monde se plie — sauf les riches — dans l'intérêt général, il devient
plus facile d'endurer la souffrance — et beaucoup plus difficile de
tolérer ceux qui refusent de s'y soumettre.

brooklyn lockdown covid-19

Brooklyn, NYC. Maternelle pour « adultes ».
Le véritable danger survient lorsque les fanatiques ressentent
l'obligation d'« aider » le virus à frapper les hérétiques — bien sûr,
ils pourraient attendre que Dieu punisse ces scélérats dans l'au-delà,
mais pourquoi ne pas Le soulager en partie de cette tâche ? Le Daily
Mail a acclamé une senior qui avait menacé de « botter le cul » d'un
étranger simplement parce qu'il avait qualifié la pandémie de « canular
». Une patiente âgée est morte dans un hôpital de Brooklyn après qu'un
autre patient l'a jetée à terre, lui fendant le crâne — soi-disant parce
qu'elle « se tenait à moins de deux mètres de lui ». La violence n'est
pas forcément physique — une Britannique a raconté sur SkyNews qu'elle
avait été « dénoncée et humiliée » par ses voisins sur Facebook parce
qu'elle s'était endormie, manquant le rituel hebdomadaire d'« hommage
aux soignants et au NHS » de sa ville, rituel au cours duquel les
participants se penchent à leur fenêtre et applaudissent à heure fixe,
chaque semaine — véritable célébration chorégraphiée qui, selon eux, les
protège du virus. Même les nombreuses vidéos virales de violences
policières diffusées pendant la période de confinement, qui a permis aux
pires éléments de la police de se lâcher, sont truffées de commentaires
en soutien aux flics, certains affirmant que les hommes/femmes/enfants
non armés arrêtés ou brutalisés par la police l'ont « bien mérité »
parce qu'ils étaient sortis sans masque/avaient protesté/s'étaient tenus
à moins de deux mètres de l'être humain le plus proche. Peu importe que
sur ces vidéos, les flics ne portent pas de masques, ou qu'il soit
impossible de maintenir une distance de deux mètres lors d'une
arrestation — sans parler du paradoxe kafkaïen qui consiste à arrêter
quelqu'un parce qu'il n'a pas respecté la distanciation sociale, pour
ensuite le jeter dans une cellule où s'entassent plusieurs êtres humains
par mètre carré. Non, qu'importe tout cela : ces âmes perdues ont péché,
et il faut les punir. Vous n'êtes pas d'accord ? Attendez-vous à les
rejoindre.

Garder la foi

Pour ceux dont la foi commencerait à vaciller après deux mois de
confinement qui ont ravagé leurs comptes en banque et leur santé, les
médias publient des sondages « confirmant » que plus de 80 % des
Américains et près de 9 Britanniques sur 10 sont favorables à la
poursuite des mesures de confinement, ce qui, allié à la censure
croissante des discours anti-confinement sur les réseaux sociaux, donne
l'impression erronée d'un consensus public universel sur le caractère
populaire et salvateur des politiques gouvernementales. Seul le
fanatisme religieux permet d'expliquer la croyance en une telle
absurdité, au vu des antécédents lamentables des Grands Prêtres du
Confinement. Le tsar du Corona, Neil Ferguson, de l'Imperial College, a
été surpris en train de folâtrer avec sa maîtresse au mépris de ses
propres recommandations, après avoir sermonné pendant deux mois les
Britanniques sur l'importance de rester chez eux. Pourtant, sa
modélisation épidémique incroyablement irresponsable — conçue à l'aide
d'un programme informatique boiteux qui relève plus du bug que du code —
a la vie dure, et hante les esprits des fanas du confinement qui hurlent
contre Boris Johnson parce qu'il laisse les Britanniques sortir de chez
eux trop tôt. Au vu de ses antécédents, Ferguson aurait dû être à tout
jamais interdit d'accès aux politiques de santé publique. Ses
effroyables erreurs de calcul concernant la fièvre aphteuse de 2001 ont
entraîné la destruction inutile de plus de 6,5 millions de têtes de
bétail, décimant l'industrie agricole du pays, tandis qu'en 2002, une
prévision similaire — heureusement ignorée — selon laquelle la maladie
de la vache folle tuerait jusqu'à 150 000 Britanniques, s'est vue
infirmée par un total de 178 morts. Au fil des années, les visions
apocalyptiques de Ferguson se sont intensifiées — en 2005, il a déclaré
que la grippe aviaire tuerait quelque 200 millions de personnes dans le
monde. La réalité : en tout, 455 personnes en sont mortes au cours des
15 dernières années, selon l'OMS. Sa prédiction hystérique de 2009 selon
laquelle 65 000 Britanniques mourraient de la grippe porcine a convaincu
le gouvernement d'adopter le dangereux vaccin Pandemrix de
GlaxoSmithKline, qui a causé des lésions cérébrales permanentes chez des
milliers de personnes (principalement des enfants, et un grand nombre de
travailleurs du NHS qu'on a poussé à se faire vacciner en leur faisant
croire que le vaccin était sûr et efficace) — bien plus que le nombre de
victimes de la grippe porcine, qui se monte à 283.

Le Royaume-Uni n'est pas le seul pays à avoir adopté une politique
de santé publique fondée sur la « foi ». Trump a même nommé l'homme qui
dirigeait la division des vaccins de GlaxoSmithKline pendant la débâcle
du Pandemrix à la tête de l'« Operation Warp Speed », un programme
délirant dont l'objectif est de développer un vaccin d'ici la fin 2020
(un processus qui prend normalement cinq ans et qui, ici, s'étalera sur
huit mois). L'homologue américain de Ferguson, Anthony Fauci - directeur
du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID -
Institut national des allergies et des maladies infectieuses), n'a rien
à envier à son collègue britannique, en matière de plantages «
épidémiques ». À commencer par les milliers de séropositifs en bonne
santé qui sont morts dans les années 1980 à cause de sa promotion
éhontée de l'AZT, un médicament toxique — trop toxique pour les
cancéreux en phase terminale — qu'il a fait passer pour une pilule
miracle contre le sida. Fauci s'est également rendu coupable de parjure,
niant que le vaccin ROR pouvait causer des encéphalites — avant de se «
rappeler » qu'il était sous serment et de reconnaître qu'il s'agissait
d'un effet secondaire « rare ». La cupidité et l'incompétence dont il
fait preuve depuis des décennies sont si effroyables que sa présence à
la tête du NIAID a fait reculer de façon significative l'espérance de
vie aux États-Unis, une première dans l'Histoire du pays. Pourtant, à
l'instar des adeptes d'une secte apocalyptique qui restent fidèles à
leur gourou même lorsque ses prédictions de fin du monde ne se réalisent
pas, les fidèles des prêtres de la santé publique ont peur d'ouvrir les
yeux, préférant multiplier les prédictions apocalyptiques pour les pays
hérétiques comme la Suède et la Biélorussie qui ont refusé de s'aligner
sur la doctrine universelle du confinement.

sweden lockdown covid
Au-dessus des Prêtres de la santé publique, trône le milliardaire
de Microsoft et Pape de la Pandémie, Bill Gates, dont l'absence de
qualifications médicales ou même de diplôme universitaire n'empêche pas
le monde de le saluer comme un prophète parce qu'il a « prédit » une
pandémie en 2015 — et qu'il prétend avoir les solutions et les moyens de
financer ces dernières. Les poches profondes de Gates — il est le
premier financeur de l'OMS, depuis que Trump a suspendu le soutien des
États-Unis - lui ont donné le pouvoir d'orienter presque à lui tout seul
les politiques de santé mondiales, les dirigeant tout droit vers un
iceberg pharmaceutique, alors même que de nombreux médecins — des vrais,
ceux-là — l'accusent de multiples conflits d'intérêts. Depuis qu'il a
plongé dans le gouffre financier de la « philanthropie », M. Gates a
plus que doublé sa fortune ; sa fondation investit à hauteur de
milliards de dollars dans les compagnies pharmaceutiques qui fabriquent
les vaccins que les autres groupes qu'il finance achètent ensuite pour
les livrer aux pays pauvres. Il est également très, très généreux avec
les médias, achetant le silence d'organes de presse du monde entier —
des grands noms comme The Guardian, Le Monde, Der Spiegel, The Financial
Times et la National Public Radio. Si bien que leurs journalistes ne
bronchent pas quand, interrogé sur les dommages économiques que ses
politiques de confinement infligent aux malheureuses populations, il
répond en bafouillant et en couinant — et se gardent bien d'enquêter sur
la dévastation et les souffrances que sa fondation a infligées aux Pays
du Sud.

Pourtant, même les pom-pom girls les plus enthousiastes du complexe
de l'industrie pharmaceutique — les défenseurs des vaccins comme Peter
Hotez, le spécialiste des maladies tropicales, omniprésent à la
télévision lors de l'« épidémie de rougeole » de 2018 pour, au passage,
attaquer les prétendus « anti-vaccins » — ont exprimé leur inquiétude
face à la décision d'abandonner la phase d'expérimentation animale dans
la recherche d'un vaccin censé sauver le monde du Covid-19, notant
qu'avec les vaccins contre tout type de coronavirus « il existe un
risque de sur-stimulation de l'immunité ». Au cours des essais sur les
animaux dans la recherche d'un vaccin contre le SRAS, recherche qui fut
abandonnée, les souris pour lesquelles le vaccin avait été administré
ont développé une version sévère du virus lorsqu'elles y ont ensuite été
exposées, tandis que les furets également soumis au même protocole ont
subi « des dommages accrus au foie ». Pour contourner ces obstacles, le
fabricant de médicaments Moderna, actuellement en tête du peloton dans
cette recherche vaccinale, mise peut-être sur un tout nouveau type de
vaccin, qui, plutôt que de stimuler légèrement le système immunitaire
sous la forme d'une forme morte ou affaiblie du virus, tentera de
reprogrammer notre matériel génétique pour qu'il produise lui-même les
constituants du virus, afin que le système immunitaire puisse apprendre
à les combattre. C'est du moins ainsi que Gates lui-même décrit cette
méthode « prometteuse ». Avons-nous mentionné que Moderna n'a jamais
auparavant mis un vaccin sur le marché ? C'est quoi le dilemme — vous
n'avez pas confiance ?

Nous ne nous tournons peut-être pas vers le ciel ni ne prions pour
notre salut, mais les dirigeants du monde occidental ont déclaré que la
société ne pourrait pas complètement revenir à la normale avant la
livraison ici-bas d'un vaccin mis au point par magie, une absurde
solution tout-en-un qui fait écho au bourrage de crâne des gens pendant
la Guerre froide pour qu'ils suivent les recommandations du type « tous
aux abris » en vue de survivre à une explosion nucléaire. Le fait
d'instiller une puissante capacité de dissonance cognitive — apprendre
aux enfants à se cacher sous leur bureau alors même qu'on leur enseigne
les lois de la physique qui leur permettent de comprendre que leur
bureau n'offre aucune protection — a fait des Américains des médaillés
d'or en matière de dissonance cognitive. S'il s'agissait d'un sport
olympique, personne ne parviendrait à les talonner.


L'omnipotence et l'omniscience au 21e siècle

Les plateformes de recherche de contacts — numériques et humaines —
déployées dans le monde entier puisent leurs racines philosophiques dans
les rites religieux de la confession ; ils sont métissés d'une logique
policière de l'Agence de sécurité nationale — « si vous n'avez rien fait
de mal, vous n'avez rien à craindre » — et combinés à la notion
religieuse d'une divinité omnisciente qui voit tout. Toute déviation du
dogmatique confinement est enregistrée et communiquée, y compris le fait
de fréquenter des hérétiques connus, et cette Panoptique — ce même
contrôle totalitaire d'un État policier vilipendé lorsqu'il a débuté en
Chine — est maintenant adoptée par les médias occidentaux comme l'œuvre
de gouvernements bienveillants soucieux du bien-être de ses citoyens.
Bien que cette transformation ait été présentée de façon effrayante dans
« Lock Step » — un futur hypothétique décrit en 2010 par la Fondation
Rockefeller et le Global Business Network dans les « Scénarios pour
l'avenir de la technologie et du développement international » [PDF en
anglais disponible ICI - NdT] — toute discussion sur la programmation
prédictive est interdite. En effet, les adeptes de la secte du Corona
sont encouragés à couper les ponts avec leurs proches « théoriciens du
complot », car, selon les termes de la chaîne d'infos canadienne CBC, «
les conspirations peuvent être tout aussi contagieuses, tout aussi
dangereuses qu'un virus — il faut donc s'en prémunir ». Au Pays de
Galles, les parents sont alertés sur le fait que les théoriciens du
complot représentent une plus grande menace que les pédophiles sur
Internet. Pour aggraver encore plus la menace que constituent les idées
fausses, l'OMS a popularisé le terme « infodémie » — impliquant que les
idées sont aussi dangereuses pour la santé que les agents pathogènes —
et a recommandé un « vaccin contre la désinformation ».

Bientôt, l'adepte de la secte du Corona n'aura plus besoin de faire
part de ses symptômes via un sondage Facebook ou de confesser ses péchés
à un contact-traceur. Le Massachusetts Institute of Technology a mis au
point des vêtements dotés de capteurs intégrés pour surveiller les
signes vitaux du porteur. L'activation de ces capteurs étant rendue
possible par le déploiement accéléré des réseaux 5G pendant que toute
opposition potentielle est verrouillée, ils pourront communiquer en
temps réel avec les réseaux intelligents de surveillance, localiser les
délinquants, et inciter les autres à prendre avec eux plus de distance
et à refuser de les aider, pour in fine les « neutraliser ». Leur compte
bancaire pourra être gelé jusqu'à leur retour chez eux, ou même débité
d'une certaine amende en fonction du degré de désobéissance — « ce sera
20 je vous salue Billet... ou 20 dollars par minute en dehors de la
maison, à vous de choisir ». Ces capteurs seront finalement implantés
dans le corps, dans ce qui ressemble au scénario d'une dystopie
science-fictionnelle : Microsoft s'est procuré en mars un brevet pour un
système basé sur des signaux physiologiques qui exploite la
crypto-monnaie, et permettrait théoriquement à la société de «
récompenser » les utilisateurs en fonction des réponses désirables à
certains stimuli. Bien que l'exemple donné soit banal — une récompense
pour avoir regardé une publicité — il n'est pas difficile d'imaginer des
sanctions équivalentes pour ceux qui répondent avec dégoût à la
propagande de la classe dirigeante. Le Dieu omniscient et qui voit tout
micro-gestionne ses adeptes, dans un véritable stéréotype religieux
utilisé pendant des millénaires pour garder au pas de larges
populations, et finalement réalisé sous la forme de l'État policier
Covid-19. Big Brother manie la technologie à la fois comme une carotte —
qui conduit doucement son troupeau vers la perfection transhumaniste en
offrant un fac-similé de liberté en échange du téléchargement d'une
application, par l'acceptation d'un « tatouage à points quantiques » ou
de la présentation sur demande d'un « certificat d'immunité » — et comme
un bâton — qui emprisonne numériquement et littéralement ceux qui
s'écartent de son brillant avenir.
ursula von der leyden
© Inconnu
« Mon nom est Ursula. Nous venons en paix... »
Une coalition de milliardaires d'une richesse à couper le souffle
et leurs toutous à la tête des États se sont arrogés un droit divin en
se nommant eux-mêmes agents de Big Brother sur Terre. Depuis la
présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et son
attitude messianique lorsqu'elle sollicite des fonds auprès des nations
européennes sur-endettées, en passant par le susmentionné
Gates-et-ses-chandails qui entre en communication avec Nostradamus et
prédit la « Pandémie 2 », jusqu'au gouverneur de New York deux fois élus
Andrew Cuomo — dont les relations publiques ont été marquées par des
hashtags comme #Cuomosexual et #CuomoForPresident alors même que son
État est le premier au monde en termes d'infections et de décès et que
sa politique consistant à obliger les maisons de retraite à accepter les
patients testés positifs au Covid-19 « tue littéralement grand-mère » —
Cuomo, donc, qui symbolise parfaitement « l'Esprit de New York » en
faisant semblant d'opposer une #resistance à Trump alors même que son
frère aurait été terrassé par le virus, la classe dirigeante Heroes™ n'a
pas fini de savourer l'admiration des adeptes de la secte du Corona, qui
sacrifient sur l'autel leurs droits — et ceux de tous les autres —
qu'ils ne reverront plus jamais.

Une surveillance constante peut-elle arrêter le virus ? Pas plus
que les trottoirs à sens unique, javelliser la plage [à Zahara de los
Atunes, près de Cadiz - NdT] ou dénoncer votre voisin. Il n'y a rien de
mal à s'accrocher à un rituel en période d'incertitude — le lavage des
mains ne pose certainement pas d'inconvénient, à condition de s'arrêter
avant que la peau des mains se ratatine. Mais ce rituel doit être remis
en question lorsqu'il nuit à autrui. Les fanatiques du Covid-19 diront
qu'ils ont la science de leur côté, mais la science est loin d'être
convaincue de l'efficacité de la distanciation sociale et des arrêts
généralisés de l'économie.

La pseudo-science se déchaîne

À mesure que les censeurs des médias sociaux resserrent les vis sur
les informations autorisées à entrer dans la sphère publique, il devient
de plus en plus difficile de prétendre que la secte du Corona se base
sur la science. La science réelle repose sur des enquêtes, des
expériences et des hypothèses menées de façon constante, et même les
déclarations généralement attestées par ses praticiens sont considérées
comme des « théories » par opposition à des vérités immuables. À
l'inverse, la science élevée au rang de religion dénonce comme
hérétiques les tenants de théories dissidentes, utilisant des insultes
comme « imposteur », « charlatan » et « anti-vaccin » pour, par exemple,
marginaliser les médecins qui guérissent leurs patients sans utiliser de
médicaments pharmaceutiques. La décision des plateformes de médias
sociaux de « déplateformer » unilatéralement les contenus qui
contredisent le discours de l'OMS est extrêmement anti-scientifique,
sacrifiant l'esprit d'enquête aux contraintes de la pensée de groupe.
Cette décision est d'autant plus kafkaïenne que le discours de l'OMS
varie constamment au fur et à mesure que les connaissances sur le virus
évoluent — tout comme la compréhension qu'en ont les scientifiques.

L'idée que les modérateurs de contenu de YouTube savent mieux qu'un
médecin comment traiter le Covid-19 aurait été considérée comme risible
il y a tout juste six mois. Pourtant, la plateforme vidéo de Google a
supprimé à plusieurs reprises des vidéos de cliniciens licenciés et en
exercice discutant de leurs expériences. Un couple de médecins « voyous
» de Bakersfield, en Californie, qui a tenu une longue conférence de
presse — diffusée sur une chaîne de télévision locale — pour présenter
ses conclusions et remettre en question le bien-fondé des confinements
prolongés est devenu viral, mais YouTube a supprimé quasiment toutes les
copies, tandis que des commentateurs dénonçaient le couple comme des «
sceptiques du coronavirus ». Leur vidéo ne cherchait pas à présenter au
monde leurs propres expériences, puisque lorsqu'ils ont cité les
statistiques existant en dehors de Bakersfield — pour appuyer leur
affirmation selon laquelle le taux de mortalité était considérablement
surestimé au motif que la plupart des cas étaient asymptomatiques — ils
ont utilisé les chiffres « officiels » des autorités sanitaires, en
Suède et ailleurs. Leur vidéo a été littéralement diffusée sur les «
grands médias », une « source faisant autorité » aux yeux de Susan
Wojcicki, PDG de YouTube. Mais son incompatibilité avec le dogme
dominant du coronavirus a tout de même nécessité sa suppression.

Le récit orthodoxe se débarrasse également de la science longtemps
acceptée sur l'immunité. La vitamine D — obtenue à partir du rayonnement
solaire absorbé par la peau — s'est avérée, étude après étude,
indispensable à un système immunitaire sain, et plusieurs études
récentes ont démontré son importance pour résister à l'infection du
Covid-19. Tout comme la solitude a été liée à une diminution de la
fonction immunitaire et à une mauvaise santé en général, notamment chez
les personnes âgées — c'est-à-dire les plus sensibles au Covid-19. Et
même chez celles qui préfèrent être seules, la stimulation immunitaire
diminue par manque d'interaction avec d'autres personnes. Le lien entre
l'isolement et la mauvaise santé est si fort qu'il a même été reconnu
comme tel par l'establishment des médias, et l'isolement est considéré
dans de nombreux pays comme une punition cruelle et inhabituelle. Le
Forum économique mondial — co-organisateur de la fameuse simulation de
l'« Event 201 » qui a servi de répétition générale pour le Covid-19 — a
lui-même qualifié les mesures de confinement à domicile pour plus de la
moitié de la population mondiale de « plus grande expérience
psychologique au monde ». Le conclave de la classe dirigeante — dont les
membres qui ont lourdement investi dans les sociétés pharmaceutiques
sont parmi les plus grands gagnants de la pandémie — a averti que « nous
en paierons le prix » par une épidémie secondaire de maladies mentales,
une épidémie qui remplit leurs coffres avec la vente à gogo
d'antidépresseurs, de benzodiazépines et d'antipsychotiques. Néanmoins,
remettre en question le bien-fondé d'un isolement prolongé en confinant
toujours plus est toujours considéré comme un anathème.

La déprogrammation

Pour commencer à libérer l'humanité de l'influence de la secte du
Corona, il est important de comprendre les modalités de son
implantation. La culpabilité — culpabilité environnementale, culpabilité
raciale, culpabilité de classe — constitue le principal angle d'attaque.
L'establishment médiatique a d'abord tenté de faire le lien entre
l'épidémie du coronavirus et le changement climatique, et bien qu'aucune
base scientifique n'existe pour le confirmer et que ce lien ait été
quelque peu minimisé depuis, même le Pape s'est joint au récit. Les
hérétiques sont constamment accusés de privilégier leur propre confort
au détriment de la santé de la société tout entière, en particulier de
ses membres les plus vulnérables — les personnes âgées, les malades,
voire les populations pauvres et non blanches. Selon le public visé, les
hérétiques anti-confinement sont considérés comme des « covidiots »
scientifiquement illettrés ou des monstres sans cœur qui condamnent les
défavorisés à mourir au nom du capitalisme. La culpabilité et la honte
sont de puissants outils de conversion, et même ceux qui n'y sont pas
sujets ont tendance à se taire dans un phénomène sociologique connu sous
le nom de spirale du silence.

En même temps, les tendances religieuses innées de l'humanité —
présentes même chez les athées parce que des millénaires de
programmation ne disparaissent pas juste parce qu'une personne se met à
penser qu'elle vit dans un Univers sans Dieu — ont été détournées. Ce
n'est pas une coïncidence si les gouvernements qui imposent des mesures
de confinement ont ciblés les lieux de culte pour lesquels ils ont une
certaine animosité — on suppose que toute personne assistant à un
service religieux est suffisamment satisfaite de son ou de ses dieux
pour qu'il soit peu probable qu'elle abandonne sa foi en faveur d'une
nouvelle secte qui vénère un virus. Constamment bombardés de messages
d'incertitude et empêchés de communier avec leur foi habituelle, même
les personnes normalement très confiantes dans leur religion
rechercheront la stabilité que leur procure l'État policier du Corona —
la contrepartie de l'autoritarisme réside dans le paternalisme, et le
confort se trouve dans les bras de Big Brother. Les populations non
religieuses, libérales et libertaires sont visées par la militarisation
du jargon médical — un simple « Que se passe-t-il, vous ne croyez pas en
la science ? », plonge dans un silence honteux les adeptes de la pensée
de groupe, tandis que leurs libertés sont méthodiquement amputées.

Il est suprêmement ironique que dans cette Inquisition, la « vraie
» église ait été mise à l'écart. Outre le Pape, qui a embrassé de tout
cœur la nouvelle normalité, un groupe de dirigeants catholiques a
récemment publié une déclaration appelant les gouvernements, les médias
et les experts de la santé publique à dénoncer le récit du Covid-19
comme étant un prétexte pour « attenter aux droits de millions de
personnes dans le monde ». Des universitaires de l'histoire religieuse
pourraient cyniquement suggérer qu'ils sont motivés par la jalousie — «
arrêtez d'utiliser le dogme pour contrôler les gens, c'est notre mission
! » — mais leurs préoccupations ne sont pas moins valables, et le
sentiment d'envie va dans les deux sens. La détermination de la police à
interrompre même les services religieux qui observent scrupuleusement la
distanciation sociale avec des fidèles isolés dans leur voiture ne peut
s'expliquer que par une jalousie eschatologique. Pour que la secte du
Corona puisse véritablement être imposée au peuple, la concurrence doit
être éliminée, qu'il s'agisse de la religion « traditionnelle » ou de la
logique, de la raison et de la — vraie — méthode scientifique.
Tableau - Comment les sectes exercent leur influence
© Steven Hassan, adapté par Helenofdestroy et traduit en français
par Sott.net
Comment les sectes exercent leur influence - [Cliquer pour agrandir]
Déprogrammer le monde de la secte du Corona ne peut se faire par la
force — ses partisans ont trop de pouvoir, y compris le contrôle total
de l'establishment et des médias sociaux. Elle doit être abordée de
manière stratégique. Tout comme les « déprogrammeurs » traditionnels
isolent du groupe les membres d'une secte — estimant qu'il y a de bien
meilleures chances de réveiller la personnalité originale lorsque la
personne ne subit pas les pressions de la pensée de groupe — il est plus
efficace de déprogrammer les adeptes de la secte du Corona en
tête-à-tête, en gardant à l'esprit que les sectes défendront férocement
leur dogme avec des techniques de réflexion qui peuvent être extrêmement
irritantes pour les personnes extérieures qui tentent de transmettre des
informations dissidentes. Le modèle BITE de l'ancien « Moonie » Steven
Hassan [de la secte Moon ou Église de l'Unification - NdT], tel que
présenté dans le visuel ci-dessus, décrit comment les sectes exercent
une influence indue, et s'avère pertinent pour aborder la déprogrammation.

L'idée de déprogrammer des sociétés entières peut sembler
titanesque, mais c'est la seule chance dont dispose l'humanité pour
conserver un semblant de liberté et se détourner du sombre chemin
emprunté par notre espèce. La classe dirigeante impose une grille de
contrôle globale et multicouche en cours d'élaboration depuis des
décennies, et lorsqu'elle sera achevée, la révolution ne sera plus une
option. Un tel avenir doit être évité à tout prix.

À propos de l'auteur

Helen Buyniski est une journaliste et commentatrice américaine
qui se concentre sur l'analyse et le démantèlement des récits de
propagande utilisés pour vendre aux citoyens ordinaires les concepts de
guerre perpétuelle et d'État policier. Vous pouvez faire un don ici, et
la suivre sur Twitter.
brat_olin
2020-05-25 14:34:52 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
the Modern-Day Cult of Corona - La secte moderne du Corona
Post by a***@orcon.net.nz
https://fr.sott.net/article/35666-Tous-aux-abris-et-brulez-les-heretiques-La-secte-moderne-du-Corona
https://fr.sott.net/article/ 35666-All-the-shelters-and- burn-the-heretics-The -modern-sect-of-Corona
All of the shelters and burn the heretics - The modern sect of the Corona
Helen Buyniski- Helenofdestroy
Sott.net
Sat, May 23 2020 18:48 UTC

Fear and uncertainty dominate media coverage of
the Covid-19 epidemic. The new coronavirus is portrayed not as
a common pathogen whose miracles of modern science are in
happening overnight, but like an invisible evil
that lurks everywhere, redoubtable to the point of inspiring
respectful terror even in the upper echelons of the medical establishment. And
in case the Americans
have doubts about how they
are supposed to view this new viral threat, the thinking heads
of the establishment who deliver in a tone assured their daily dose
of news to an acquired public have swapped their usual morgue against
apprehension. In this “vacuum of confidence”, the popular reaction to
the pandemic has taken a religious turn. Protection measures,
like the masks, took on a talismanic character, handwashing
became a ritual performance, and a sect founded on
denouncing and pillorying the "heretics" took possession
of the minds of many people, while 'They are quietly stripped
of their rights, now replaced by a paternalistic police state.

park brooklyn covid-19

Safe spaces now available in Brooklyn, New York City
Unable to see the microscopic "enemy" they are told is
threatening their lives and those of their families, and deprived of a
scientifically proven remedy , individuals seeking to be released from
Covid-19 only have their faith in the effectiveness of the
protective measures prescribed by medical experts - our caste of
scientific priests - to keep it at bay. If it stopped there, the
Corona sect would be just a curiosity - after all,
humans have always turned to religion in times of trouble,
and this long before the invention of writing. But his dark side
is already pointing the tip of his ugly nose: those who oppose the
new orthodoxy are accused of being responsible for this "plague".

We have been there before. In the Middle Ages, pious peasants
were kept on the right path by priests who told them
that God was watching their every move. When a plague
appeared, it was interpreted as a divine punishment, the wrath of
God falling on a sinful population. Those who wanted to
distinguish themselves by their devotion flared themselves in public, or wore
painful clothes called "hair-pieces" - in both cases, in
order to "mortify the flesh", literally "put to death"
their sinful nature.

It is no coincidence that autoflagellation reached its peak
during the Black Death. Those who practiced it believed that if they
did penance by inflicting physical suffering on themselves, they
would be spared the sufferings of the plague sent by God. Those
who publicly refused to participate in the religious rituals of
the time were called infidels, heretics, sorcerers or
other servants of the Devil. They could be driven from the city;
many were tortured and even killed - often in an atrocious and
shocking manner - over the centuries and the coming into power of
the Inquisition. Bigots were regularly told that their misfortunes
were due to the presence of a satanic influence among them, the
complex problems being declared resolved by the simple banishment of
the outrageous presence.

Western society can still claim to have left these
dark ages far behind, but
the attraction of simplistic explanations and the desire to find
fulfillment in shared suffering - inflicted or endured - is
more powerful than never.

The Red

Death Mask statue liberty covid mask
© Unknown
[The Red Death Mask is the title of a short story by Edgar
Allan Poe]

The masks have become both the visual symbol of the
Covid epidemic -19 and the dominant religious fetish of the Corona sect.
From New York to Laredo, Texas, regulations making them
mandatory in public places have been adopted, and that chain
stores like Costco have prohibited customers from entering
their supermarkets without masks , it is impossible not to notice these
individuals so devoted to the ritual of wearing a mask that they the
feature into their own cars - all glass lifts -
or when crossing streets hastily deserted by
the epidemic. Deplorable communication is partly responsible for
this situation - the Centers for Disease Control have
repeatedly changed their mind when it comes to deciding who should
wear masks: first, the "sick", then "only the
caregivers ", and finally" everyone ". However, the idolatry of the
mask that the Corona sect devotes to goes far beyond simply
following the recommendations of a public health agency.

The mask has taken on a supernatural meaning which
largely overshadows its protective utility against disease. Even the
N-95 masks recommended by health authorities to protect society
against infected people have largely proven
to be ineffective in protecting healthy people from infected people
around them, and the frail surgical masks now ubiquitous
in the streets are very poor protective barriers against
transmission of the virus. Indeed, some doctors draw
attention to the counterproductive aspect of the mask, because of the false
sense of security that it provides, while others consider
that it is in fact dangerous because of the risk of hypoxia - lack
of oxygen - and hypercapnia - excess carbon dioxide. However,
in many cities, it is impossible to enter a
supermarket without covering your mouth and nose - regardless of
the accessory used - even if the eyes are not protected, and are
therefore vulnerable to all particles potentially
airborne. The orders to wear a mask therefore
nothing to do with health and everything to do with religious faith. They
allow the faithful to transmit their virtue from a distance and
recognize each other instantly, while signaling
non-conformists as so many disbelievers to flee - like the plague.

Just as garlic and the cross were once believed to keep
vampires away , the facial mask is believed to ward off the
ubiquitous "invisible enemy ." You can feel a little silly by driving with a
mask, or by hanging a clove of garlic at its window, but
prevention is better than cure - and if you have not been infected, or if some
vampires have not presented at your bedside, who can say that it
does not work?

Ritual and snitching

A host of rituals has emerged among followers of the
Corona sect , from the most benign, although eccentric - clean all
exposed surfaces with Lysol wipes - at most sinister - denounce
neighbors "guilty" of offenses supposed. Fear of the virus
infuses them with a fervor marked with terror to the point that even the
simplest and most scientifically based measures , such as washing
their hands, have acquired a highly ritualistic character. The
epidemic trauma prompts us to question measures that were
previously taken for granted; how else to explain the
popularity of dozens of “hand washing apps”
available on smartphones? Just as the peasants of yesteryear
could have been, frightened by the specter of the Black Death, to go
to church regularly, their descendants, determined to live a
"cleaner" life, watch the YouTube videos devoted
to the sacrosanct washing hands.

But another vestige of the dark ages is reborn from its sinister
ashes. While our ancestors denounced their
neighboring eccentrics as "witches" after having seen these cheerful old girls
indulge in antics with Satan under the full moon, the spies of the
modern times are rushing to their smartphones and dialing
telephone numbers specially dedicated to reporting transgressions
made to social distancing commands. These services are
alarmingly popular - the New Zealand whistle-blowing site
crashed several times in the first week of March, while
more than 4,000 people scrambled to swing their
neighbors for violating strict rules
rules of containment established in the country, rules which divide people into "
bubbles" established according to their living conditions, and
prohibit them from interacting with those who are outside their "
bubble".

There are all kinds of cookies. There have always been
martens who call the police when their neighbor puts on the music too
loud, instead of knocking on their door and asking them politely to
turn the sound down. But in the Corona sect, these scoundrels are
joined by people whom fear has made half hysterical,
and who are convinced that denouncing the offenders will
protect them in one way or another from contamination by the virus.
They would never say such an absurd thing out loud, of course -
if asked, they simply pretend to be worried about the
community, or afraid that the irresponsible behavior of their
victim spreads the Covid-19 willy-nilly. Perhaps they even
declare that their decision to denounce their neighbor was "for
their own good". Just as the inquisitor was worried about those
he tortured on the easel - for the "immortal soul" of his
victims - the modern snitch rationalizes the betrayal of his neighbors by
saying that the virus brigade is interested in the health of the heretics
he balances, while secretly pushing a big sigh of relief
because it is not he who is being tortured - or who is placed on an
artificial respirator ... in any case, not this time. Following orders
becomes a source of comfort for the spy deprived of pleasure
normal life by confinement - offering him the
(illusory) possibility of going from victim to hero.

This frenzy of Schadenfreude is fueled by the Unes of the
media which celebrate the karmic punishment of refractory to
confinement. Whether it's spring beakers (student revelers) tested
positive at Covid-19 after braving danger and partying on the
beach, or boastful people who boast on social networks of having
defied distancing measures Social, the public lynching of
heretics is a popular subject among followers of the Corona sect
confined to their homes. John McDaniel, an Ohio resident who had
criticized his governor for confining the state, (apparently)
died of the coronavirus last April, and social media danced
to his grave and used his death to attack other "
skeptics" - including Donald Trump who , because he does not kneel
before the altar of the virus, continues to foam the fanatics of
rage. CNN reporter Jake Tapper said that "almost
every day" he read that a Corona skeptic had succumbed to the
virus, and he puts these deaths on the backs of the media and
conservative politicians - the heresy, apparently, is as contagious as the
virus. The New York Post, which published a judgmental article on a
anonymous hairstylist from Kingston, New York, who contracted the virus
after allegedly violating containment measures for
several weeks to cut hair, also hastened
to link a peak in
Kentucky coronavirus cases to a demonstration against containment a few days
earlier - even though the long latency period of the virus (and the fact
that a large proportion of the new cases had appeared in
retirement homes ) made the link between the two
events practically impossible . And Michigan governor Gretchen Whitmer, one of
the most fanatical government figures in the American sect
Corona hinted in a press conference that actress Miriam Margolyes said she wanted him to die, and some media applauded, all happy to give the impression that they easier to endure suffering - and much more difficult to tolerate those who refuse to submit to it. brooklyn lockdown covid-19 Brooklyn, NYC. Kindergarten for "adults". The real danger arises when fanatics feel compelled to "help" the virus to strike heretics - of course, another patient threw her on the ground, slitting her skull - supposedly because she "stood" less than two meters from him ”. Violence is not
protests were more likely to contribute to the spread
of the virus than any other form of "rally".

Prime Minister Boris Johnson is perhaps
the most publicized example of the “divine punishment” phenomenon - his
conversion to the Corona sect (after a few days
timidly suggesting that collective immunity might be a better
health strategy ) arrived too late to prevent his placement
in intensive care at the hands of the National Health Service (NHS) - the very one
that his party tried to privatize. After he has recovered,


were subversive. Not only the followers of the sect of Corona make
common cause by acclaiming the virus when it defends the dissidents
who contest their vision of the world, but their own adhesion to a
totally schizophrenic dogma is confirmed, in their eyes, as the
way to follow, evidenced by the plight of heretics. An
imposed austerity tends to be unpopular with its victims, but
when these privations are presented as a noble sacrifice to which everyone
- except the wealthy - complies, in the public interest,

they could wait for God to punish these scoundrels in the afterlife,
but why not partially relieve Him of this task ? The Daily
Mail cheered on a senior who threatened to "kick an
alien's ass" simply because he called the pandemic "hoax
." Elderly patient died in Brooklyn hospital after


not necessarily physical - Briton said on SkyNews that she
was " exposed and humiliated" by her neighbors on Facebook because
she fell asleep, missing the weekly ritual of "paying homage to the worst elements of the police , are riddled with comments in support of the cops, some claiming that the unarmed men / women / children arrested or brutalized by the police "well deserved" because they had gone out without a mask / had protested / had stood less than two meters from the nearest human being. It doesn't matter that on these videos, the cops do not wear masks, or that it is impossible to maintain a distance of two meters during a
to caregivers and at the NHS "of his city, a ritual during which the
participants lean out of their windows and applaud at a fixed time
each week - a real choreographed celebration which, according to them,
protects them from the virus. Even the many viral videos of
police violence broadcast during the confinement period, which allowed
arrest - not to mention the Kafkaesque paradox of arresting
someone because he did not respect social distancing,
then throw him in a cell where several human beings are crammed
per square meter. No, no matter what: these lost souls have sinned,
and they must be punished. You do not agree ? Expect to
join them.

Keeping the Faith

For those whose faith would begin to falter after two months of
confinement who ravaged their bank accounts and their health, the
media publish polls "confirming" that more than 80% of
Americans and almost 9 out of 10 Britons are favorable to the
continuation of containment measures, which, combined with the
growing censorship of anti-containment speeches on social networks, gives
the false impression of a universal public consensus on the character
popular and saving government policies. Only
religious fanaticism can explain the belief in such
nonsense, in view of the lamentable antecedents of the High Priests of incredibly irresponsible epidemic modeling - designed using a lame computer program that is more of a bug than a code - lives on, and haunts the minds of howling confinement fans
Confinement. Corona Czar Neil Ferguson of Imperial College
was caught frolicking with his mistress in disregard of his
own recommendations, after lecturing the
British for two months on the importance of staying at home. Still, its against Boris Johnson because he lets the British out of their homes too soon. In light of his background, Ferguson should have been permanently denied access to public health policies. Its appalling miscalculations regarding FMD in 2001 resulted in the unnecessary destruction of more than 6.5 million head of cattle, decimating the country's agricultural industry, while in 2002, a

similar forecast - fortunately ignored - according to which
mad cow disease would kill as many as 150,000 Britons, was
ruled out by a total of 178 dead. Over the years,
Ferguson's apocalyptic visions have intensified - in 2005, he said
that bird flu would kill some 200 million people
worldwide. The reality: in all, 455 people have died in the past
15 years, according to WHO. His 2009 hysterical prediction
that 65,000 Britons would die from swine flu convinced
the government to adopt the dangerous Pandemrix vaccine from
GlaxoSmithKline, which has caused permanent brain damage in
thousands of people (mostly children, and many of
NHS workers that pushed to get vaccinated by making them
believe that the vaccine was safe and effective) - more than the number of
victims of swine flu, which stands at 283.

The UK is not the only country to have adopted a
"faith" based public health policy. Trump even named the man who
ran GlaxoSmithKline's vaccine division during the
Pandemrix debacle at the helm of "Operation Warp Speed", a
delusional program aimed at developing a vaccine by the end of 2020
(a process that normally takes five years and which here will take
eight months). Ferguson's American counterpart Anthony Fauci - director
of the National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID
), has nothing
to envy his British colleague when it comes to planting "
epidemic ”. Starting with the thousands of healthy HIV-positive
people who died in the 1980s because of his
shameless promotion of AZT, a toxic drug - too toxic to
terminally ill cancer patients - that he masqueraded as a pill
miracle against AIDS. Fauci was also guilty of perjury,
denying that the MMR vaccine could cause encephalitis - before "
remembering" that he was under oath and admitting that it was
a "rare" side effect. The greed and incompetence he
has displayed for decades are so appalling that his presence at
the head of NIAID has significantly reduced the hope of
lifetime the United States, a first in the history of the country. Yet at
like the followers of an apocalyptic sect who remain faithful to
their guru even when his end-of-the-world predictions are
not realized , the faithful of the priests of public health are afraid to open their
eyes, preferring to multiply the apocalyptic predictions for
heretical countries like Sweden and Belarus which refused to align themselves
with the universal doctrine of containment.

sweden lockdown covid
Above the Priests of Public Health, the billionaire throne
Microsoft and Pope of the Pandemic, Bill Gates, whose absence from
medical qualifications or even a university degree does not prevent
the world from hailing him as a prophet because he “predicted” a
pandemic in 2015 - and claims to have the solutions and the means to
finance them. Gates' deep pockets - he's the
first WHO financier since Trump suspended US support
- gave him the power to shape
global health policy almost by himself , directing everything right towards a
pharmaceutical iceberg, even when many doctors - real ones,
those - accuse him of multiple conflicts of interest. Since
plunging into the financial pit of "philanthropy", Mr. Gates has
more than doubled his fortune; his foundation invests
billions of dollars in the pharmaceutical companies that make
the vaccines that the other groups he finances then buy for
deliver to poor countries. He is also very, very generous with
the media, buying silence from news organizations around the world -
big names like The Guardian, Le Monde, Der Spiegel, The Financial
Times and National Public Radio. So that their journalists do
not hesitate when, asked about the economic damage that his
containment policies inflict on the unfortunate populations, he
responds by stammering and squeaking - and take care not to investigate
devastation and the sufferings that its foundation inflicted on the countries
of the South.

Yet even the most enthusiastic cheerleaders
in the pharmaceutical industry complex - vaccine advocates like Peter
Hotez, the tropical disease specialist, ubiquitous on
television during the 2018 "measles epidemic" for, incidentally
attacking the so-called “anti-vaccines” - expressed concern
over the decision to abandon the animal
testing phase in search of a vaccine supposed to save the world of Covid-19, noting that
with the vaccines against all types of coronavirus "there is a
risk of over-stimulation of immunity".
animals in the search for a vaccine against SARS, research which was
abandoned, the mice for which the vaccine had been administered
developed a severe version of the virus when they were then subjected to "increased damage to the liver". To get around these hurdles, the drug maker Moderna, currently leading the pack in this vaccine research, may be betting on a whole new type of vaccine, which, rather than slightly boosting the immune system in the form of dead or weakened virus, will try to reprogram our genetic material to produce the components of the virus itself, so that the immune system can learn
exposed to it, while ferrets also subject to the same protocol

to fight them. At least that is how Gates himself describes this
"promising" method. Did we mention that Moderna has never
put a vaccine on the market before? What is the dilemma -
don't you trust?

We may not be looking up to heaven or praying for
our salvation, but western leaders have said that
society could not completely return to normal before the
delivery of a developed vaccine here below. by magic, an absurd
all-in-one solution that echoes people’s brainwashing during
the Cold War to follow the recommendations of the “all
safe” type in order to survive a nuclear explosion. The fact
instilling a powerful capability of cognitive dissonance - teach
children to hide under their desks even be taught
the laws of physics that allow them to understand that their
office offers no protection - has made Americans gold
medalists in cognitive dissonance. If it was an
Olympic sport , nobody would be able to follow them.

Omnipotence and omniscience in the 21st century

The contact research platforms - digital and human -
deployed around the world draw their philosophical roots from
the religious rites of the confession; they are mixed with a logic wrong, you have nothing to fear" - and combined with the concept
National Security Agency police officer - "if you haven't done anything religious with an all-knowing omniscient deity." Any deviation from dogmatic confinement is recorded and communicated, including frequenting known heretics, and this Panoptic - that same totalitarian control of a vilified police state when it first started in China - is now adopted by Western media as the work of caring governments concerned with the well-being of its citizens. Although this transformation was frighteningly presented in "Lock Step" - a hypothetical future described in 2010 by the Rockefeller Foundation and the Global Business Network in "Scenarios for

the future of technology and international development" [PDF en
English available HERE - discussion on
predictive programming is prohibited. Indeed, followers of the Corona sect
are encouraged to cut ties with their close "
conspiracy theorists " because, in the words of the Canadian news channel CBC, "
conspiracies can be just as contagious, just as
as dangerous as a virus - so you have to protect yourself from it ”. In
Wales, parents are alerted to the fact that
conspiracy theorists pose a greater threat that pedophiles on ideas are as dangerous to health as pathogens - and recommended a "disinformation vaccine".
Internet. To further exacerbate the threat of
misconceptions, the WHO popularized the term "infodemia" - implying that

Soon, the follower of the Corona sect will no longer need to report
his symptoms via a Facebook survey or confess his sins
to a contact-tracer. The Massachusetts Institute of Technology has
developed clothing with built-in sensors to monitor the
wearer's vital signs. The activation of these sensors being made delinquent, and inciting the others to take with them more distance and to refuse to help them, to ultimately "neutralize" them. Their bank account can be frozen until they return home, or even debited with a certain fine depending on the degree of disobedience - "it will be 20 I salute you Ticket ... or 20 dollars per minute outside the
possible by the accelerated deployment of 5G networks while all
potential opposition is locked, they will be able to communicate in
real time with intelligent surveillance networks, locate

house, the choice is yours. " These sensors will ultimately be installed to reward users' based on desirable responses to certain stimuli. Although the example given is trivial - a reward for watching an advertisement - it is not difficult to imagine equivalent sanctions for those who disgust the propaganda of the ruling class. The omniscient God who sees all micro-manages his followers, in a true religious stereotype used for millennia to keep pace with broad offering a facsimile of freedom in exchange for downloading an application, by accepting a "quantum dot tattoo" or
in the body, in what looks like the scenario of a
science-fiction dystopia : Microsoft obtained in March a patent for a
system based on physiological signals which exploits
cryptocurrency, and would theoretically allow to the society of "

populations, and finally realized in the form of the police state
Covid-19. Big Brother handles technology both like a carrot -
which gently leads its herd towards transhumanist perfection by

presenting on request a “certificate of immunity” - and like
a stick - which digitally and literally traps those who
stray from its bright future.
ursula von der leyden
© Unknown
“My name is Ursula. We come in peace ... ”
A coalition of billionaires of breathtaking wealth
and their doggies at the head of the States have assumed a divine right by
appointing themselves agents of Big Brother on Earth. From the
President of the European Commission, Ursula von der Leyen, and her
messianic attitude when it solicits funds from
over-indebted European nations , via the aforementioned
Gates-and-his-sweaters which enters into communication with Nostradamus and
predicts "Pandemic 2", up to the governor of New York two once elected
Andrew Cuomo - whose public relations have been tagged with
hashtags like #Cuomosexual and #CuomoForPresident even though his his policy of forcing retirement homes to accept patients who test positive for Covid-19 "literally kills grandmother" - Cuomo, therefore, which perfectly symbolizes "The Spirit of New York" in
State is number one in the world in terms of infections and deaths and pretending to oppose #resistance to Trump even after his brother has been struck down by the virus, the ruling class Heroes ™ is still enjoying it the admiration of the followers of the sect of Corona, who sacrifice on the altar their rights - and those of all the others - that they will never see again. Can constant surveillance stop the virus? No more before the skin on the hands shrivels. But this ritual must be questioned when it harms others. Covid-19 fanatics will say they have science on their side, but science is far from being

than one-way sidewalks, bleach the beach [at Zahara de los
Atunes, near Cadiz] or denounce your neighbor. There is nothing
wrong with hanging on to a ritual in times of uncertainty - hand washing
is certainly not a problem, provided you stop

convinced of the effectiveness of social distancing and
widespread economic downturns.

Pseudo-science is unleashed

As social media censors tighten the screws on
information allowed to enter the public sphere, it becomes
increasingly difficult to claim that the Corona sect is based
on science. Real science is based on
constant surveys, experiments and hypotheses, and even the
statements generally attested by its practitioners are considered
"theories" as opposed to immutable truths. In
contrast, science elevated to religion denounced as
heretics supporters of dissident theories, using insults
like "liar," "charlatan" and "anti-vaccine" for example,
marginalize doctors who cure their patients without using
pharmaceutical drugs. The decision of
social media platforms to unilaterally "deform" content that
contradicts WHO discourse is extremely anti-scientific,
sacrificing the spirit of inquiry to the constraints of group thinking.
This decision is all the more Kafkaesque because the discourse of the WHO
constantly changes as knowledge about the virus just six months ago. However, Google’s video platform has repeatedly deleted videos of licensed and practicing clinicians discussing their experiences. A couple of "rogue " doctors from Bakersfield, California, who held a lengthy press conference - broadcast on a local TV station - to present
evolve - as does the understanding of scientists.

The idea that YouTube's content moderators know better than a
doctor how to treat Covid-19 would have been laughable in its conclusions and questioning the merits of extended confinements has gone viral, but YouTube has removed almost all the copies, while commentators denounced the couple as " coronavirus skeptics". Their video did not seek to present their own experiences to the world, since when they cited statistics outside of Bakersfield - to support their mainstream media, "an" authoritative source "in Susan's eyes

claim that the death rate was significantly
overestimated on the grounds that most cases were asymptomatic - they
used "official" figures from health authorities, in
Sweden and elsewhere. Their video was literally broadcast on "

Wojcicki, CEO of YouTube. But its incompatibility with the
dominant dogma of the coronavirus still required its removal.

The Orthodox narrative also gets rid of the long
accepted science of immunity. Vitamin D - obtained from radiation from the elderly - that is, those most sensitive to Covid-19. And even in those who prefer to be alone, immune stimulation decreases due to lack of interaction with other people. The link between isolation and poor health is so strong that it has even been recognized as such by the media establishment, and isolation is seen in many countries as cruel and unusual punishment. The
sun's absorbed by the skin - has proven, study after study,
essential for a healthy immune system, and several
recent studies have demonstrated its importance in resisting infection with
Covid-19. Just as loneliness has been linked to a decrease in
immune function and poor health in general, especially in

World Economic Forum - co-organizer of the famous simulation of
“Event 201” which served as a dress rehearsal for the Covid-19 - has
itself qualified home containment measures for more than
half of the population world of "greatest experience
psychological to the world ". The ruling class conclave - whose
members who have invested heavily in pharmaceutical companies
are among the biggest winners of the pandemic - warned that "we will
pay the price" with a secondary epidemic of mental illness,
an epidemic that fills their coffers with the sale galore
of antidepressants, benzodiazepines and antipsychotics. However,
questioning the merits of prolonged isolation by confining
more and more is always considered an anathema. implantation. Guilt - environmental guilt, racial guilt, class guilt - is the main angle of attack.

Deprogramming

To begin to liberate humanity from the influence of the
Corona sect , it is important to understand the modalities of its

The media establishment first attempted to link
the coronavirus epidemic to climate change, and although no anti-containment heretics are considered scientifically illiterate "covidiots" or heartless monsters who condemn disadvantaged to die in the name of capitalism. Guilt and shame are powerful tools of conversion, and even those who are not subject to it tend to be silent in a sociological phenomenon known as the spiral of silence. it is no coincidence that governments that impose containment measures have targeted places of worship for which they have
scientific basis to confirm it and this link has been
somewhat understated since then, even the Pope joined the story. The
heretics are constantly accused of favoring their own comfort
at the expense of the health of the whole society, especially
the most vulnerable - the elderly, the sick
or the poor and non-white. Depending on the target audience,

At the same time, the innate religious tendencies of humanity -
present even among atheists because millennia of
programming do not disappear just because a person begins to
think that they live in a universe without God - have been hijacked . This

some animosity - it is assumed that anyone attending a
religious service is sufficiently satisfied with their comfort god (s) is in the arms of Big Brother. Non- religious, liberal and libertarian populations are targeted by the militarization of medical jargon - a simple "What's going on, you don't believe in science?" "Plunges into a shameful silence the followers of group thinking , while their freedoms are methodically reduced. as a pretext to "attack the rights of millions of people around the world". Academics of religious history may cynically suggest that they are motivated by jealousy - "
that 'it is unlikely that she will give up her faith in favor of a
new sect that worships a virus. Constantly bombarded with messages
of uncertainty and prevented from communicating with their usual faith, even
people who are normally very confident in their religion will
seek the stability that the police state of Corona provides them -
the counterpart of authoritarianism lies in paternalism, and the

It is supremely ironic that in this Inquisition, the "real
" church was sidelined. In addition to the Pope, who
wholeheartedly embraced the new normal, a group of Catholic leaders
recently released a statement calling on governments, the media,
and public health experts to speak out against the Covid-19 account.

stop using dogma to control people, it is our mission
!" - but their concerns are no less valid, and the
feeling of envy goes both ways. The police's determination to
interrupt even the religious services which scrupulously observe
social distancing with the faithful isolated in their car can only be
explained by eschatological jealousy. In order for the
Corona sect to truly be imposed on the people, competition must
to be eliminated, whether it is "traditional" religion or
logic, reason and the - true - scientific method.
Table - How sects exercise their influence
© Steven Hassan, adapted by Helenofdestroy and translated into French
by Sott.net
How sects exercise their influence - [Click to enlarge]
Deprogramming the world of the Corona sect cannot be done by
force - His supporters have too much power, including full control
of the establishment and social media. It must be approached
strategically. Just as traditional “deprogrammers”
isolate sect members from the group - believing there is good
better chances of awakening the original personality when the
person is not under pressure of group thinking - it is more
effective to deprogram the followers of the Corona sect
one-on-one, keeping in mind that the sects will defend fiercely
their dogma with thinking techniques that can be extremely
irritating to outsiders trying to convey
dissenting information. The BITE model of former "Moonie" Steven
Hassan [of the Moon sect or Unification Church], as
presented in the visual above, describes how sects exert
undue influence, and turns out relevant to address deprogramming.

The idea of ​​deprogramming entire societies may seem
titanic, but it is the only chance available to humanity to
maintain a semblance of freedom and turn away from the dark path
taken by our species. The ruling class imposes a
global, multi-layered control grid that has been in the works for
decades, and when it is completed, revolution will no longer be an
option. Such a future must be avoided at all costs.

About the author

Helen Buyniski is an American journalist and commentator
who focuses on the analysis and dismantling of the
propaganda stories used to sell the concepts of
perpetual and police state war. You can donate here, and
follow her on Twitter.
a***@orcon.net.nz
2020-05-28 03:49:52 UTC
Odpowiedz
Permalink
mam zgodę od dziewczyn : kuć póki gorące
* tubylcy * szykują ( mi ) następne wyzwanie
(o: tym razem wspólnie z Japończykami :o)
będzie intensywniej w * naszym * Razem .
ale teraz ( przed kolacją ) odłączamy się
od tematów ( z ) * naszej * wyspy rzeczywistości
dla kontrastu : kibicowaniem światu globalnemu :
cywilizowania cdn :

za te * filantropiczne * pieniądze ( na virusowe korony , itp )
teraz wciskane , których nikt nigdy nie będzie w stanie oddać
( może wasze wnuki ? ) europejsy zaczną karać po niemiecku
jak parchy w Palestynie : " collective punishment "

Despite pandemic, Israeli army shoots at water tanks in Palestinian village
https://www.sott.net/article/435269-Despite-pandemic-Israeli-army-shoots-at-water-tanks-in-Palestinian-village

Nearly every week they are met with violence on part of Israeli forces, which has over the years resulted in severe injuries, disabilities, and

even death.
In recent weeks, however, Israeli forces have been practicing a new tactic of suppression in the village, one the Israeli rights group B'Tselem

has slammed as "collective punishment" in a new report published Wednesday.
Palestinians living in the occupied territory, including the people of Kafr Qaddum, do not have consistent access to running water as a result of

policies of the Israeli government, which controls the water supply in the West Bank.
Instead, Palestinians must stock up on water during supply hours, and store their reserves in rooftop water tanks that can hold between 500-

1,000 litres of water.
On average, Palestinians in the West Bank have access to 73 litres of water per day, compared to the 100 litre minimum recommended by the

World Health Organization. Meanwhile, Israeli settlers have access to constant running water, and an average of 240-300 litres of water per

person per day.

https://fr.sott.net/pic-of-day/570196

La double spirale
Nous avons au fil de nos travaux développé le concept de la double spirale. La première est ascendante, et bénéficiant aux seigneurs de la

création monétaire, et l’autre descendante péjorant les conditions de vie de l’essentiel de l’humanité lestée d’un fardeau ingérable de dettes.

Cette double spirale est très importante à comprendre. Les deux spirales s’alimentant l’une l’autre à cause de la création privée de monnaie-

dette. Plus vous- vous/votre entreprise/votre région/votre pays- vous endettez, et plus vous vous engagez à garantir de la monnaie fraîchement

créée dont bénéficieront les élus de la première spirale.

A travers cet engagement, vous liez durablement votre vie à celle des seigneurs de la monnaie. Lorsque les dettes deviennent impossibles à

rembourser, c’est votre vie et celle de votre descendance qui sont engagées.

Bien évidemment que la double spirale ne fut, et n’est, possible que parce que vos dirigeants l’ont acceptée, et ont mis les institutions au pas.

Evidemment les lobbyistes ont fait un excellent boulot. Les va et vient de responsables entre le privé et le public ont arraché les hauts

fonctionnaires dédiés à la chose publique pour les jeter devant un miroir aux alouettes doré. Dans ces conditions, la démocratie vire à un

concept virtuel mensonger.

https://lilianeheldkhawam.com/2020/05/26/confinement-vous-paieriez-bien-la-facture-et-lenrichissement-de-ses-promoteurs/

Le transfert de la création monétaire vers des privés a été un coup dur porté à l’Etat de droit et à la démocratie. Les gouvernements ont de fait

autorisé un petit groupe à accumuler des richesses illimitées sans raison économique valable. Le fait que la monnaie en question doive être

accompagnée de créances a été une deuxième atteinte fondamentale à l’ordre établi. Désormais, un empilement de richesses pour les uns est

accompagné d’un autre empilement de dettes pour le grand nombre, formant une double spirale qui s’alimente l’une l’autre. L’Etat ne peut plus

élaborer de politique monétaire indépendante, entraînant dans son sillage une série de conséquences vitales. Il a dès lors perdu une des

quatre prérogatives régaliennes fondatrices. (Extrait de Coup d’Etat planétaire)

Les conséquences du confinement
Le confinement a été décrété après après des semaines d’une épidémie gérée de manière grotesque. L’ayant largement couverte, nous ne

reviendrons plus dessus.

Nous allons dorénavant nous intéresser aux conséquences d’un confinement induit par des modèles supposés scientifiques, mais réellement

faux. Si la pandémie n’a pas généré la catastrophe prévue par les faux docteurs, les conséquences se révèleront toujours plus dramatiques

pour le groupe appartenant à la spirale descendante et incroyablement flamboyantes pour leurs vis-à-vis bénéficiant de la monnaie générée

par les dettes. Une vampirisation monétaire est déployée en direct.

Donc si vous voulez devenir un dieu milliardaire, vous devriez investir dans une banque: une banque financière capable de créer la monnaie-

dette pour les Etats, soit une banque de données gigantesques mais qui peut déposséder les populations de leurs données les plus intimes.

Berkshire a tout compris en cumulant les deux.

Maintenant, il vous reste une autre solution. C’est vous faire coopter par une banque centrale qui investirait abondamment dans votre

entreprise. Regardez comment la BNS a boosté récemment Microsoft, de l’incontournable Bill, l’entreprise qui rêve de vous faire turbiner pour

la fabrication de cryptomonnaie. Décidément le projets pour un futur esclavagiste de l’humanité est une pathologie chronique.

La BNS offre des milliards pour booster ses heureux élus. Dans son cas, l’argent provient en direct des (vos) dépôts des banques… suisses

bien sûr. La double spirale est solidement ancrée dans l’ADN de nos dirigeants asservis à la chose financière. En fait, ils en sont les premiers

esclaves… si cela peut consoler.

Liliane Held-Khawam

https://www.sott.net/pic-of-day/569497

« le thème des vaccins est aujourd’hui un enjeu de société et une question politique. On peut s’en moquer et laisser faire. Mais c’est notre

avenir, celui de nos enfants et de leurs enfants, qui est en jeu. Ce thème politique et citoyen est celui de la marchandisation du corps, de notre

liberté, et même de nos esprits. Il est autant scientifique que spirituel ».

Le COVID-19 pour les nuls: Virus Gates et « influenza mentale »

https://www.mondialisation.ca/le-covid-19-pour-les-nuls-virus-gates-et-influenza-mentale/5645896

1) Chaque année, le paludisme contamine environ un million de personnes. Jamais on n’a interdit aux gens des régions touchées de fermer

les commerces non essentiels ou de se confiner. Il en est de même pour les ravages issus SIDA. Ce serait un tollé si on obligeait « les gens à

risque » à se confiner;

2) Selon un article publié le 2 avril 2020, sur le site de Radio Canada, l’infection nommée influenza provoque autant de décès que les grippes

saisonnières, bien qu’on en parle beaucoup moins. Selon les années, cette maladie fauche entre 290,000 et 650,000 victimes dans le monde.

Soit, davantage que le Corona virus; ¹

3) Au Canada, incluant le Québec, les grippes saisonnières représentent la dixième cause de mortalité et Santé Canada précise que, malgré

les vaccins, le nombre de décès varie peu annuellement;¹

4) La brochure distribuée par le gouvernement de mon pays stipule que « 80% des personnes infectées guérissent sans traitement particulier

». Les cas à risque de décès concernent les gens dont le système immunitaire est déjà affaibli par une maladie pulmonaire ou cardiaque, un

cancer, le SIDA, la vieillesse ou un diabète sévère;²

5) Il est indéniable que la majorité des habitants de la Terre n’ont pas été éliminés par le Corona virus, en 2009. Et si 80% de ceux qui en sont

atteints s’en sortent bien, comme pour n’importe quelle autre grippe, alors ce 20% d’individus vulnérables ne représentent qu’une minorité,

même au niveau mondial;

6) Donc, parce qu’une minorité de gens risquent déjà de mourir, d’un cancer, du SIDA ou du diabète, on prétend indispensable la vaccination

des gens non atteints par le Covid-19 et qui ne risquent pas d’y succomber, et cela, même si on ajoute que ce vaccin (qui n’aura pas le temps

d’être mieux testé), pourrait entraîner la mort d’au moins 10% de ceux qui le reçoivent! Dites-moi où est le bienfait de risquer la vie de gens

sains, parce qu’un pourcentage à peine plus élevé de gens déjà faibles peuvent être contaminés?

7) Peut-on croire à la neutralité d’une entreprise dont le responsable est le beau-fils du Président des États-Unis? Et quand Donald Rumsfeld,

ancien Secrétaire à la Défense, détenait des actions dans une entreprise qui fit des milliards de profits, lors des grippes aviaire et porcine de

2005 et 2009 ?

8) Combien de temps va-t-on subir la propagande de peur et la paranoïa des gens qui s’écartent de nous, à la fin du mois de mai, comme si

nous avions la peste? Si le Covid-19 est si terrible, les gens qui en sont atteints ne devraient pas être capables de sortir plus loin que leur

balcon;

9) Jusqu’à quand les individus sains vont-ils porter un masque qui entrave leur respiration et qui les fait réavaler du gaz carbonique nocif,

éjecté à l’expiration? Jusqu’à ce que la température monte à 30º Celsius, qu’ils s’évanouissent, respirent difficilement et se croient infectés de

covid-19 ?

Si l’Organisation Mondiale de la Santé et les gouvernements qui régissent l’Europe et les États-Unis étaient préoccupés par la santé publique

et prenaient des mesures humanitaires :

Ils n’interdiraient pas la vente ou la production de médicaments génériques, peu coûteux, dans les pays moins nantis, pour soigner les

populations les plus pauvres;

CETTE OPÉRATION, EN DEHORS DE SON APPARENCE DE MESURE DE SANTÉ PUBLIQUE, AURA PERMIS :
Un test mondial de contrôle de la liberté des citoyens et l’attestation de la docilité de la majorité;

Le risque de ruine de certains pays, ce qui permettra l’entrée d’investisseurs étrangers et des multinationales, ou un endettement envers la

Banque Mondiale qui leur imposera des mesures de privatisation et la réduction de leurs services publics;

La possibilité pour les pharmaceutiques d’engranger des milliards par la vente de vaccins, même aussi inutiles que le Tamiflu© utilisé pour la

grippe aviaire (H5N1) et la grippe porcine (H1N1);

La fin des manifestations contre d’injustes mesures salariales ou de pensions (en France, par exemple);

L’audace d’arrêter des gens suspects d’être des « asymptomatiques » potentiellement porteurs de virus,
ce qui représente un abus de pouvoir envers quiconque déplaît aux autorités.
a***@orcon.net.nz
2020-05-28 22:24:40 UTC
Odpowiedz
Permalink
Kajetan Węgierski (1756-1787) :
A uczone obiady? znasz to może imię?
Gdzie połowa nie gada a połowa drzymie,
W których król wszystkie musi zastąpić ekspensa,
Dowcipu, wiadomości, i wina, i mięsa.

* tubylcy * się nie dają przekonać
do japońskiego , więc trenują francuski
nasz * salonowy * ( jak ten ) też na plaży
nie tylko obiad nie tylko czwartkowy
nie tylko facetów nie „ Zabawy
Przyjemne i Pożyteczne ”
raczej kibicowanie
nEuro - niewolnikom zwykle :
człowiek uodparnia (o; szczepi ;o) bakterie
np antybiotykami w kurczakach , świniach
krowach ( też w mleku , jajkach ) itp , bo
producent nie może ryzykować strat
taniej dać wszystkim zdrowym
niż wystrzelać np dziki
podobnie z virusami
( lub ich brak ) uzupełniać w laboratoriach i dalej
( hujowymi ) * szczepionkami * osłabiać zdrowych
lub przyspieszać wykańczanie osłabionych :
kilku zajmujących się statystykami
dla firm szczepionkowych
( wszystkie z rządami podpisały
że tylko państwo ponosi odpowiedzialność
prawną itp , za wszystkie udowodnione problemy )
* nielegalnie * wysłało te wyniki też do OMS
że ! większość ! śmiertelnych ofiar COVID 19
regularnie ( co rok ) się szczepiła na grypy itd
tam były też uwagi o vitaminach dla 50 lat i +
że powodują wewnętrzne krwotoki itp objawy
np raka prostaty ( więc lawina dodatkowych
* lekarstw * dodatkowych * dolegliwości * itd )
o tym www adresów nie mogę znaleźć teraz
( nie chce mi się szukać tego gdzie indziej )
tą białą plamę wypełnię ( jeszcze ) legalnie ?

https://www.mondialisation.ca/loms-et-lunion-europeenne-veulent-des-vaccins-pour-tous-pas-de-leau/5645701

COVID-19 : 324 990 morts dans le monde …

Ursula von der Leyen, présidente de l’Union Européenne a lancé un Téléthon mondial
pour accélérer la venue d‘un vaccin pour tous.

Manque d’accès à l’eau : 1 922 148 morts depuis le 1er janvier dans le monde
(plus de 5 000 000 morts par an dont un grand nombre d’enfants) !

Pas de Téléthon mondial ?

Introduction

Diplômé en anesthésie-réanimation depuis 17 ans en Belgique,
je suis habitué dans ma profession à porter un masque et à voir les autres en porter.

Pourquoi imposer ce geste loin d’être anodin à toute une population saine
malgré les vives oppositions d’un grand nombre de spécialistes ?
Voir cet article : « Porter des masques n’est pas forcément efficace,
et peut même favoriser la contamination, mettent en garde des experts ».

Par contre, je n’entends aucune campagne médiatique soutenue par toutes les voix politiques,
dont celle d’Ursula von der Leyen ou de Tedros Adhanom Ghebreyesus (directeur de l’OMS depuis 2017),
pour le renforcement du système immunitaire des populations,
pour corriger leurs carences en vitamine D, vitamine C et en zinc,
éléments essentiels de nos défenses anti-infectieuses :
voir les références de cet article « COVID 19 – Un océan de peurs et de mensonges ».

Les médias orientés sur la peur et la mort sont omniprésents et génèrent un climat morbide stressant.

À ma connaissance, aucun mot sur ces carences.

Pourtant habitué à proposer des solutions chimiques, technologiques et modernes à mes patients,
je vois surtout l’iatrogénèse de cette médecine mécanique et arrogante :

« De plus en plus fréquemment, les médicaments entraînent des effets secondaires,
les pathologies causées par les traitements, chirurgies comprises,
sont pires que celles qui ont fait admettre les patients
qui sont de plus en plus polymédiqués
(souvent plus de dix médicaments à prendre tous les jours). »

Depuis des années, l’état de santé des Belges admis en soins intensifs
suite à leur intervention chirurgicale ou à leurs pathologies chroniques est de plus en plus déplorable.

Une explication plausible vient de leurs mauvaises habitudes alimentaires, leurs addictions (alcool, tabac, sucre),
l’obésité de plus en plus morbide (véritable fléau moderne – Aujourd’hui,
39 % des adultes (18 ans et plus) dans le monde sont concernés par l’obésité (IMC>30) !) et la sédentarité.

Où sont les débats passionnés sur ces sujets,
les vrais problèmes de fond mis en lumière par cette crise actuelle
en plus de la détérioration des conditions environnementales (pollutions)
et de la dégradation de la qualité des services publics pour raison de rentabilité.

Vaccins, masques et confinement !

Nos autorités de santé et nos journalistes n’ont que ces mots à la bouche.

Voir l’article : Coronavirus: seul un vaccin pourrait permettre une « normalité », selon le chef de l’ONU.

Et l’eau, la nourriture ?

Des vaccins OU de l’eau pour tous ?

Sur notre planète, en termes de bonne santé pour tous et de justice distributive, où sont les priorités ?

Face à une maladie infectieuse émergente,
tout miser sur le mirage d’une vaccination efficace et sans dangers
est la réaction habituelle des pays « riches »,
source d’une polémique récurrente au sein de leurs populations [1].

Ce fut le cas en 2009, lors de l’épidémie de grippe A/H1N1
un peu rapidement qualifiée de pandémie par l’OMS.
Suivant les directives de celle-ci,
la plupart des pays ont acheté en urgence des quantités excessives de vaccin.
Certains ont dépensé sans compter.

En France, près de 100 millions de doses ont été commandées
alors que le vaccin n’avait pas encore obtenu d’autorisation de mise sur le marché ! [2].
6 millions de Français se feront vacciner. 60 millions au niveau mondial.

Aux États-Unis, le docteur Anthony Fauci [3],
déjà directeur du NIAID (Institut national des allergies et maladies infectieuses)
a également soutenu un projet de vaccin contre la grippe A H1N1
de plusieurs milliards de dollars en 2009.

En Belgique, cette hystérie vaccinale a coûté 85 millions d’euros à l’État belge
et 20 millions d’euros à la Sécurité sociale
tout en rapportant 80,2 millions d’euros aux firmes pharmaceutiques [4].

De l’agent public gaspillé pour une épidémie aux conséquences exagérées par l’OMS
et les prévisions alarmistes de ses épidémiologistes [déjà – 5],
auquel il faudra ajouter un fait bien plus grave,
des séquelles neurologiques chez un grand nombre de personnes vaccinées.

Le vaccin Pandemrix fabriqué par GSK (GlaxoSmithKline)
a entraîné une narcolepsie et une cataplexie [6] chez environ un cas sur 16000 personnes.
Dans toute l’Europe, on sait que plus de 800 enfants ont été rendus malades par ce vaccin [7].

Nous devons être vigilants pour que cela ne se reproduise plus.

Ne refaisons pas les mêmes erreurs.

Ainsi, à l’occasion de cette nouvelle crise virale 2020, l’Union Européenne
et sa présidente Ursula von der Leyen ont déjà fait un Téléthon mondial
pour financer la recherche sur les vaccins contre le nouveau coronavirus [8].

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a mobilisé politiques et acteurs économiques
en vue de fournir un vaccin pour tous sur la planète [9].

Avec le soutien des pouvoirs politiques,
la recherche et les acteurs du monde scientifique
sont tous lancés dans une véritable course contre la montre
pour mettre sur le marché un nouveau vaccin contre le SARS-CoV-2,
coronavirus responsable de la maladie appelée COVID-19 [10].

Urgence, précipitation !

Au prix de prendre à nouveau des risques avec la santé des populations,
ce qui soulève des questions éthiques
car ces recherches « en catimini »
impliquent que l’on soumette délibérément des personnes saines à un virus dangereux [11],
sans passer par toutes les étapes nécessaires au développement du vaccin.

À chaque épidémie, chaque pandémie,
la solution vaccinale est proposée aux gens comme la panacée universelle
par les organismes officiels tels que l’OMS
et les instituts nationaux de santé et dans la foulée, par nos gouvernements.

Au-delà des risques réels de se précipiter en vaccinant tout le monde
trop tôt avec des produits chers, inadaptés et dangereux,
comme on l’a vu en 2009,
cette course aux vaccins souligne à chaque fois
l’inégalité de priorité des objectifs entre les pays « riches » et les pays pauvres.

C’est oublier que le meilleur remède aux maladies notamment infectieuses
est l’amélioration des conditions de vie, l’accès à une alimentation saine et à l’eau potable,
la possibilité de vivre dans des environnements salubres et l’adoption de mesures d’hygiène de base.

C’est en améliorant l’accès à l’eau et le traitement des eaux usées
que l’homme a considérablement amélioré l’état de santé global dans le monde,
bien avant l’invention des vaccins.

Ce sont des pratiques hygiéniques « simples » comme se laver les mains
qui ont permis de réduire drastiquement le taux d’infections en milieu hospitalier.

Ainsi l’obstétricien hongrois Ignace Semmelweis (1818-1865), pionnier en la matière,
avait réduit fortement la mortalité dans les maternités à l’hôpital général de Vienne [12].

Or, ces solutions « simples » manquent encore cruellement dans trop de pays du monde.

Eau

D’après les statistiques mondiales mises régulièrement à jour [13], au 15 mai 2020,
1 million 923 mille personnes sont mortes depuis le début de cette année
en raison d’un manque d’accès à l’eau, dans le monde [14].

Le manque d’accès à l’eau cause plus de 5 millions de décès
dans le monde chaque année, dont de nombreux enfants.

Le défaut d’accès à l’eau tue autant que le tabac.

Concernant l’eau potable, il y a encore 786 millions de personnes
(11% de la population mondiale) qui n’y ont pas accès.

Selon l’ONU, environ 5 millions de personnes supplémentaires
meurent de maladies infectieuses ou parasitaires
dues à de l’eau usée qui les contamine chaque année.

Malnutrition

La malnutrition est une pathologie grave
principalement causée par l’absence d’éléments nutritifs essentiels.

Entre 2 et 5 millions d’enfants malnutris meurent chaque année.

La malnutrition est à l’origine de la moitié des décès des enfants
de moins de 5 ans toujours selon Planétoscope.

Comme le dit Jean Ziegler [15], homme politique suisse, sociologue, écrivain et rapporteur spécial
pour le droit à l’alimentation (des populations) du Conseil des Droits de l’ONU de 2000 à 2008 :

« Étant donné l’état actuel de l’agriculture dans le monde,
on pourrait nourrir 12 milliards d’individus sans difficultés.
Pour le dire autrement, tout enfant qui meurt actuellement de faim est, en réalité, assassiné. »

Les besoins sanitaires sont très inégaux d’une région à l’autre du monde.

Ainsi, un enfant né aujourd’hui en Suède peut espérer vivre plus de 80 ans ;
mais il vivra moins de 70 ans s’il est né au Brésil,
moins de 63 ans s’il est né en Inde et moins de 50 ans s’il est né au Lesotho [16].

Ces inégalités sont injustes mais évitables.

Pour y arriver,
où est le Téléthon de l’Union Européenne d’Ursula von der Leyen
pour éradiquer le manque d’accès à l’eau et la malnutrition ?

Il n’y a pas de vaccin contre la malnutrition ?

Pourquoi ne pas consacrer ces milliards d’euros ou de dollars,
puisqu’ils existent pour les vaccins,
pour assurer d’abord et pour tous, dans le monde,
l’accès aux soins de première nécessité ?

Pourquoi l’OMS n’a-t-elle pas mobilisé
avec tous ses moyens colossaux acteurs politiques et économiques
en vue de fournir à boire (eau potable) et à manger (nutriments essentiels)
à tout le monde, sur cette planète une bonne fois pour toutes ?

À me lire, je pense que vous connaissez les réponses à toutes ces questions.

Dr Pascal Sacré

Image en vedette : L’or liquide, par Marielle van Uitert, Pays-Bas.
Enfants en République centrafricaine pompant de l’eau souterraine potable. Source : flickr.com

Notes :

[1] Respecter, promouvoir et protéger la liberté vaccinale dans toute l’Europe

[2] Grippe H1N1, exemple de manipulation internationale

[3] Anthony Fauci

[4] La grippe A/H1N1 de 2009 a coûté 85 millions d’euros à l’Etat
et quelque 20 millions à la Sécu, selon la Cour des comptes.
Le prix des vaccins se taille la part du lion (80,2 millions), Trends-Tendances, 23 décembre 2011

[5] La grippe H1N1 finit en coûteuse fumée, Paris Match, 25 septembre 2011, Virginie Le Guay

[6] La narcolepsie se caractérise par une somnolence diurne excessive chronique,
fréquemment associée à une perte soudaine du tonus musculaire (cataplexie)

[7] Le vaccin contre la grippe H1N1 2009 a causé des lésions cérébrales chez les enfants. Ne laissez pas cela se reproduire

[8] Coronavirus: la Commission européenne organise un téléthon mondial pour financer la recherche d’un vaccin

[9] Coronavirus: l’OMS tente de mobiliser politiques et acteurs économiques en vue d' »un vaccin pour tous » sur la planète

[10] Coronavirus: véritable course contre la montre pour mettre sur le marché un vaccin contre le covid-19

[11] Journal du Médecin 23 avril 2020, n° 2627, page 15, « La Course au Vaccin », par Corina Schmidt

[12] Ignace Semmelweis (1818 – 1865)

[13] Planétoscope

[14] Décès dus à un accès insuffisant à l’eau dans le monde

[15] Jean Ziegler

[16] Conseil de l’Europe HEALTH

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Dr Pascal Sacré, Mondialisation.ca, 2020

https://www.mondialisation.ca/loms-et-lunion-europeenne-veulent-des-vaccins-pour-tous-pas-de-leau/5645701

(o: koniec tej przerwy :o)
u2
2020-05-28 22:26:30 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
A uczone obiady? znasz to może imię?
Gdzie połowa nie gada a połowa drzymie,
W których król wszystkie musi zastąpić ekspensa,
Dowcipu, wiadomości, i wina, i mięsa.
* tubylcy * się nie dają przekonać
do japońskiego , więc trenują francuski
nasz * salonowy * ( jak ten ) też na plaży
nie tylko obiad nie tylko czwartkowy
nie tylko facetów nie „ Zabawy
Przyjemne i Pożyteczne ”
raczej kibicowanie
człowiek uodparnia (o; szczepi ;o) bakterie
np antybiotykami w kurczakach , świniach
krowach ( też w mleku , jajkach ) itp , bo
producent nie może ryzykować strat
taniej dać wszystkim zdrowym
niż wystrzelać np dziki
podobnie z virusami
( lub ich brak ) uzupełniać w laboratoriach i dalej
( hujowymi ) * szczepionkami * osłabiać zdrowych
kilku zajmujących się statystykami
dla firm szczepionkowych
( wszystkie z rządami podpisały
że tylko państwo ponosi odpowiedzialność
prawną itp , za wszystkie udowodnione problemy )
* nielegalnie * wysłało te wyniki też do OMS
że ! większość ! śmiertelnych ofiar COVID 19
regularnie ( co rok ) się szczepiła na grypy itd
tam były też uwagi o vitaminach dla 50 lat i +
że powodują wewnętrzne krwotoki itp objawy
np raka prostaty ( więc lawina dodatkowych
* lekarstw * dodatkowych * dolegliwości * itd )
o tym www adresów nie mogę znaleźć teraz
( nie chce mi się szukać tego gdzie indziej )
tą białą plamę wypełnię ( jeszcze ) legalnie ?
https://www.mondialisation.ca/loms-et-lunion-europeenne-veulent-des-vaccins-pour-tous-pas-de-leau/5645701
COVID-19 : 324 990 morts dans le monde …
Ursula von der Leyen, présidente de l’Union Européenne a lancé un Téléthon mondial
pour accélérer la venue d‘un vaccin pour tous.
Manque d’accès à l’eau : 1 922 148 morts depuis le 1er janvier dans le monde
(plus de 5 000 000 morts par an dont un grand nombre d’enfants) !
Pas de Téléthon mondial ?
Introduction
Diplômé en anesthésie-réanimation depuis 17 ans en Belgique,
je suis habitué dans ma profession à porter un masque et à voir les autres en porter.
Pourquoi imposer ce geste loin d’être anodin à toute une population saine
malgré les vives oppositions d’un grand nombre de spécialistes ?
Voir cet article : « Porter des masques n’est pas forcément efficace,
et peut même favoriser la contamination, mettent en garde des experts ».
Par contre, je n’entends aucune campagne médiatique soutenue par toutes les voix politiques,
dont celle d’Ursula von der Leyen ou de Tedros Adhanom Ghebreyesus (directeur de l’OMS depuis 2017),
pour le renforcement du système immunitaire des populations,
pour corriger leurs carences en vitamine D, vitamine C et en zinc,
voir les références de cet article « COVID 19 – Un océan de peurs et de mensonges ».
Les médias orientés sur la peur et la mort sont omniprésents et génèrent un climat morbide stressant.
À ma connaissance, aucun mot sur ces carences.
Pourtant habitué à proposer des solutions chimiques, technologiques et modernes à mes patients,
« De plus en plus fréquemment, les médicaments entraînent des effets secondaires,
les pathologies causées par les traitements, chirurgies comprises,
sont pires que celles qui ont fait admettre les patients
qui sont de plus en plus polymédiqués
(souvent plus de dix médicaments à prendre tous les jours). »
Depuis des années, l’état de santé des Belges admis en soins intensifs
suite à leur intervention chirurgicale ou à leurs pathologies chroniques est de plus en plus déplorable.
Une explication plausible vient de leurs mauvaises habitudes alimentaires, leurs addictions (alcool, tabac, sucre),
l’obésité de plus en plus morbide (véritable fléau moderne – Aujourd’hui,
39 % des adultes (18 ans et plus) dans le monde sont concernés par l’obésité (IMC>30) !) et la sédentarité.
Où sont les débats passionnés sur ces sujets,
les vrais problèmes de fond mis en lumière par cette crise actuelle
en plus de la détérioration des conditions environnementales (pollutions)
et de la dégradation de la qualité des services publics pour raison de rentabilité.
Vaccins, masques et confinement !
Nos autorités de santé et nos journalistes n’ont que ces mots à la bouche.
Voir l’article : Coronavirus: seul un vaccin pourrait permettre une « normalité », selon le chef de l’ONU.
Et l’eau, la nourriture ?
Des vaccins OU de l’eau pour tous ?
Sur notre planète, en termes de bonne santé pour tous et de justice distributive, où sont les priorités ?
Face à une maladie infectieuse émergente,
tout miser sur le mirage d’une vaccination efficace et sans dangers
est la réaction habituelle des pays « riches »,
source d’une polémique récurrente au sein de leurs populations [1].
Ce fut le cas en 2009, lors de l’épidémie de grippe A/H1N1
un peu rapidement qualifiée de pandémie par l’OMS.
Suivant les directives de celle-ci,
la plupart des pays ont acheté en urgence des quantités excessives de vaccin.
Certains ont dépensé sans compter.
En France, près de 100 millions de doses ont été commandées
alors que le vaccin n’avait pas encore obtenu d’autorisation de mise sur le marché ! [2].
6 millions de Français se feront vacciner. 60 millions au niveau mondial.
Aux États-Unis, le docteur Anthony Fauci [3],
déjà directeur du NIAID (Institut national des allergies et maladies infectieuses)
a également soutenu un projet de vaccin contre la grippe A H1N1
de plusieurs milliards de dollars en 2009.
En Belgique, cette hystérie vaccinale a coûté 85 millions d’euros à l’État belge
et 20 millions d’euros à la Sécurité sociale
tout en rapportant 80,2 millions d’euros aux firmes pharmaceutiques [4].
De l’agent public gaspillé pour une épidémie aux conséquences exagérées par l’OMS
et les prévisions alarmistes de ses épidémiologistes [déjà – 5],
auquel il faudra ajouter un fait bien plus grave,
des séquelles neurologiques chez un grand nombre de personnes vaccinées.
Le vaccin Pandemrix fabriqué par GSK (GlaxoSmithKline)
a entraîné une narcolepsie et une cataplexie [6] chez environ un cas sur 16000 personnes.
Dans toute l’Europe, on sait que plus de 800 enfants ont été rendus malades par ce vaccin [7].
Nous devons être vigilants pour que cela ne se reproduise plus.
Ne refaisons pas les mêmes erreurs.
Ainsi, à l’occasion de cette nouvelle crise virale 2020, l’Union Européenne
et sa présidente Ursula von der Leyen ont déjà fait un Téléthon mondial
pour financer la recherche sur les vaccins contre le nouveau coronavirus [8].
L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a mobilisé politiques et acteurs économiques
en vue de fournir un vaccin pour tous sur la planète [9].
Avec le soutien des pouvoirs politiques,
la recherche et les acteurs du monde scientifique
sont tous lancés dans une véritable course contre la montre
pour mettre sur le marché un nouveau vaccin contre le SARS-CoV-2,
coronavirus responsable de la maladie appelée COVID-19 [10].
Urgence, précipitation !
Au prix de prendre à nouveau des risques avec la santé des populations,
ce qui soulève des questions éthiques
car ces recherches « en catimini »
impliquent que l’on soumette délibérément des personnes saines à un virus dangereux [11],
sans passer par toutes les étapes nécessaires au développement du vaccin.
À chaque épidémie, chaque pandémie,
la solution vaccinale est proposée aux gens comme la panacée universelle
par les organismes officiels tels que l’OMS
et les instituts nationaux de santé et dans la foulée, par nos gouvernements.
Au-delà des risques réels de se précipiter en vaccinant tout le monde
trop tôt avec des produits chers, inadaptés et dangereux,
comme on l’a vu en 2009,
cette course aux vaccins souligne à chaque fois
l’inégalité de priorité des objectifs entre les pays « riches » et les pays pauvres.
C’est oublier que le meilleur remède aux maladies notamment infectieuses
est l’amélioration des conditions de vie, l’accès à une alimentation saine et à l’eau potable,
la possibilité de vivre dans des environnements salubres et l’adoption de mesures d’hygiène de base.
C’est en améliorant l’accès à l’eau et le traitement des eaux usées
que l’homme a considérablement amélioré l’état de santé global dans le monde,
bien avant l’invention des vaccins.
Ce sont des pratiques hygiéniques « simples » comme se laver les mains
qui ont permis de réduire drastiquement le taux d’infections en milieu hospitalier.
Ainsi l’obstétricien hongrois Ignace Semmelweis (1818-1865), pionnier en la matière,
avait réduit fortement la mortalité dans les maternités à l’hôpital général de Vienne [12].
Or, ces solutions « simples » manquent encore cruellement dans trop de pays du monde.
Eau
D’après les statistiques mondiales mises régulièrement à jour [13], au 15 mai 2020,
1 million 923 mille personnes sont mortes depuis le début de cette année
en raison d’un manque d’accès à l’eau, dans le monde [14].
Le manque d’accès à l’eau cause plus de 5 millions de décès
dans le monde chaque année, dont de nombreux enfants.
Le défaut d’accès à l’eau tue autant que le tabac.
Concernant l’eau potable, il y a encore 786 millions de personnes
(11% de la population mondiale) qui n’y ont pas accès.
Selon l’ONU, environ 5 millions de personnes supplémentaires
meurent de maladies infectieuses ou parasitaires
dues à de l’eau usée qui les contamine chaque année.
Malnutrition
La malnutrition est une pathologie grave
principalement causée par l’absence d’éléments nutritifs essentiels.
Entre 2 et 5 millions d’enfants malnutris meurent chaque année.
La malnutrition est à l’origine de la moitié des décès des enfants
de moins de 5 ans toujours selon Planétoscope.
Comme le dit Jean Ziegler [15], homme politique suisse, sociologue, écrivain et rapporteur spécial
« Étant donné l’état actuel de l’agriculture dans le monde,
on pourrait nourrir 12 milliards d’individus sans difficultés.
Pour le dire autrement, tout enfant qui meurt actuellement de faim est, en réalité, assassiné. »
Les besoins sanitaires sont très inégaux d’une région à l’autre du monde.
Ainsi, un enfant né aujourd’hui en Suède peut espérer vivre plus de 80 ans ;
mais il vivra moins de 70 ans s’il est né au Brésil,
moins de 63 ans s’il est né en Inde et moins de 50 ans s’il est né au Lesotho [16].
Ces inégalités sont injustes mais évitables.
Pour y arriver,
où est le Téléthon de l’Union Européenne d’Ursula von der Leyen
pour éradiquer le manque d’accès à l’eau et la malnutrition ?
Il n’y a pas de vaccin contre la malnutrition ?
Pourquoi ne pas consacrer ces milliards d’euros ou de dollars,
puisqu’ils existent pour les vaccins,
pour assurer d’abord et pour tous, dans le monde,
l’accès aux soins de première nécessité ?
Pourquoi l’OMS n’a-t-elle pas mobilisé
avec tous ses moyens colossaux acteurs politiques et économiques
en vue de fournir à boire (eau potable) et à manger (nutriments essentiels)
à tout le monde, sur cette planète une bonne fois pour toutes ?
À me lire, je pense que vous connaissez les réponses à toutes ces questions.
Dr Pascal Sacré
Image en vedette : L’or liquide, par Marielle van Uitert, Pays-Bas.
Enfants en République centrafricaine pompant de l’eau souterraine potable. Source : flickr.com
[1] Respecter, promouvoir et protéger la liberté vaccinale dans toute l’Europe
[2] Grippe H1N1, exemple de manipulation internationale
[3] Anthony Fauci
[4] La grippe A/H1N1 de 2009 a coûté 85 millions d’euros à l’Etat
et quelque 20 millions à la Sécu, selon la Cour des comptes.
Le prix des vaccins se taille la part du lion (80,2 millions), Trends-Tendances, 23 décembre 2011
[5] La grippe H1N1 finit en coûteuse fumée, Paris Match, 25 septembre 2011, Virginie Le Guay
[6] La narcolepsie se caractérise par une somnolence diurne excessive chronique,
fréquemment associée à une perte soudaine du tonus musculaire (cataplexie)
[7] Le vaccin contre la grippe H1N1 2009 a causé des lésions cérébrales chez les enfants. Ne laissez pas cela se reproduire
[8] Coronavirus: la Commission européenne organise un téléthon mondial pour financer la recherche d’un vaccin
[9] Coronavirus: l’OMS tente de mobiliser politiques et acteurs économiques en vue d' »un vaccin pour tous » sur la planète
[10] Coronavirus: véritable course contre la montre pour mettre sur le marché un vaccin contre le covid-19
[11] Journal du Médecin 23 avril 2020, n° 2627, page 15, « La Course au Vaccin », par Corina Schmidt
[12] Ignace Semmelweis (1818 – 1865)
[13] Planétoscope
[14] Décès dus à un accès insuffisant à l’eau dans le monde
[15] Jean Ziegler
[16] Conseil de l’Europe HEALTH
La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Dr Pascal Sacré, Mondialisation.ca, 2020
https://www.mondialisation.ca/loms-et-lunion-europeenne-veulent-des-vaccins-pour-tous-pas-de-leau/5645701
(o: koniec tej przerwy :o)
K.o.n.i.e.c.

u2
2020-05-19 19:29:13 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
w * naszym * raju ( o świcie z ziewającą ekipą )
przed zŁowieniem obiadu , chwila na kawę i
zerknięcia w świeżą ( virtualną ) * prasę *
Christophe sur 13 mai 2020 à 11 h 43 min
Des enfants de maternelle en pleurs !
Des images insoutenables.
Honte à nos gouvernants
https://insolentiae.com/ecoles-la-balle-aux-prisonniers-avec-que-des-prisonniers/
isabelle sur 13 mai 2020 à 11 h 44 min
Du camp de concentration au camp de l’isolement
ou comment faire pour déshumaniser absolument
ceux qui se croient comme tels (humains).
Retour en 40 avec les mêmes monstres…..
en plus ambitieux
Bonanza sur 13 mai 2020 à 12 h 17 min
Après le confinement familial
et l’humiliation organisée de la population,
le dressage au berceau n’est-ce pas ?
Alain sur 13 mai 2020 à 12 h 07 min
Toutes les études à ce jour concordent
sur le fait que le virus est bénin pour les enfants
et peu contagieux de leur part.
On a fait paniquer toute la population
pour un virus peu virulent pour les classes d’âge actives
et maintenant on traumatise les enfants
(et on passait des interviews de parents
s’inquiétant de l’école alors qu’ils les laissaient jouer
sans contraintes sur des terrains de jeu,
la terreur que l’on instille détruit en plus le bon sens!).
A croire qu’il y a volonté délibérée
de créer des générations
de paranoïaques plus faciles à manipuler.
Et malgré cela on est visiblement pas parvenu à protéger
ceux pour lesquels le virus est vraiment dangereux!
Et il n’y aura jamais de leçons sérieuses tirées de ce gâchis invraisemblable
car personne ne voudra admettre qu’il a sur-réagi sur base d’infos (Ferguson)
qu’il n’ont jamais soumis à un second contrôle
alors qu’on interdit la chloriquine faute de ce double contrôle !!!
Dans sur 13 mai 2020 à 12 h 05 min
Les décisions de nos gouvernements sont d’une stupidité
à mourir ou à pleurer de rire
si les conséquences sur les gamins n’étaient pas aussi tristes.
Demandez à des enfants de 10 ans de ne pas se toucher
c’est ridicule, irréaliste et cela les traumatise en prime.
Les politiciens ont perdu la tête c’est un monde de fous.
La mise en coupes réglées du peuple par le POUVOIR se confirme
jour après jour avec le concours d’une partie de la population
à commencer par tous ces enseignants
qui ignorent ce que peut être la désobéissance civile
et dont la première des préoccupations
devrait être non pas celle de collaborer avec le POUVOIR
dans son dessein de conditionnement des individus
afin de les mener plus tard et plus facilement vers un monde d’esclaves
mais au contraire celle de montrer la voie de l’insoumission,
la seule qui peut mener à la délivrance de l’Être.
Al sur 13 mai 2020 à 12 h 10 min
« C’est le berger, et non le loup, qui mange le plus de moutons ! »
Les gens sont des moutons…
le covid c’est une c…rie d’hystériques !
https://insolentiae.com/ecoles-la-balle-aux-prisonniers-avec-que-des-prisonniers/
I'll tell me ma - Angelo Kelly & Family
http://youtu.be/a7UJv15-aNY
merci
u2
2020-05-19 19:29:01 UTC
Odpowiedz
Permalink
Post by a***@orcon.net.nz
horyzontu linie splatam warkocz
tego szkicu , intencje jasne
jak ptak Tu wiatr widzę
niecierpliwość , bycia
jutrem (o: itd :o)
dziś
nie dadzą mi
się przestawić na polski
! ! ! AUSWEIS BITTE ! ! ! SCHNELL ! ! !
La technologie de "contrôle de l'humanité" inventée par Bill Gates
http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1576
Fin mars, la compagnie Microsoft a obtenu un brevet
pour l'algorithme appelé Cryptocurrency System Using Body Activity Data
(Système crypto-monétaire utilisant les données sur l'activité de l'organisme).
Selon ses développeurs, à l'aide d'un biocapteur (puce) intégré dans ou sur le corps
il est possible de suivre à distance
l'activité du cerveau humain, du système sanguin et d'autres systèmes de l'organisme,
de transmettre les informations sur les ondes du cerveau,
la température du corps, le pouls, le flux de liquides biologiques, etc.
Selon ces indicateurs le client pourra savoir
consulte-t-il les réseaux sociaux, son courriel,
un moteur de recherche, un contenu vidéo, etc.
L'utilisateur pourra prétendre à une récompense en cryptomonnaie
en accomplissant des actions simples qui seront suivies à l'aide d'un biocapteur.
Sachant qu'un tel minage pourrait être inconscient.
"Au lieu d'une tâche de calcul laborieuse nécessitée par certains systèmes crypto-monétaires,
les données obtenues pendant la mesure de l'activité de l'organisme
peuvent servir de confirmation du travail accompli.
En conséquence,
l'utilisateur pourra remplir cette tâche de calcul difficile inconsciemment",
stipule le brevet.
Quel travail est prévu par les développeurs de Microsoft?
Par exemple, regarder la publicité, utiliser certains services en ligne.
Les développeurs espèrent que ce système sera demandé par les entreprises
parce que cela permettra de suivre les réactions de consommation et les préférences.
Ce qui fournirait des possibilités supplémentaires aux compagnies.
Toutes les nouveautés suscitent des suspicions.
la possibilité de scanner en ligne un individu pour dépister des maladies
et prévenir des maladies potentielles
en cas d'union des forces de l'industrie pharmaceutique et des technologies.
Il sera possible de détecter des maladies à un stade précoce,
ainsi que d'effectuer des analyses en ligne (par exemple, de sucre).
un contrôle total avec tout ce que cela implique.
Qui et comment pourrait disposer de ces informations?
Les questions sont plus nombreuses que les réponses à l'heure actuelle.
On ignore encore si cette technologie deviendra très répandue,
mais son apparition sur le marché ne semble être qu'une question de temps.
Elle intéresse aussi bien les hommes d'affaires que les internautes ordinaires
qui voudraient gagner un peu d'argent pratiquement sans rien faire
Microsoft Patents New Cryptocurrency System Using Body Activity Data
https://news.bitcoin.com/microsoft-cryptocurrency-system/
http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1574
« face au biopouvoir, nous n’avons pas le capital économique.
Mais nous avons le capital humain ».
6 mai 2020 Actualités - Actions militantes
Dans un récent entretien avec Vice, le dénonciateur de la NSA, Edward Snowden,
a exprimé ses inquiétudes concernant le programme de surveillance à venir,
l’appelant « l’architecture de l’oppression ».
Nous avons demandé à Lucien Cerise son analyse du nouveau contrôle social à venir.
R/ L’état d’urgence sanitaire
est-il pour vous un bon moyen pour les gouvernements mondiaux
de poursuivre la réduction de nos libertés collectives et individuelles ?
Pour vous, le confinement est-il un instrument d’ingénierie sociale ?
Cet état d’urgence sanitaire est le prétexte idéal
pour tenter de fabriquer le consentement des populations
à une transformation du lien social sur une base transhumaniste,
c’est-à-dire fondée sur un encadrement scientifique général,
présentant un fort caractère carcéral et concentrationnaire,
et allant dans le sens de l’artificialisation et de la réification du vivant,
sa chosification, sa réduction à un objet.
On peut reprendre à Michel Foucault et Giorgio Agamben
la notion de biopouvoir pour décrire un pouvoir politique
qui étudie la biologie, la médecine et les sciences de la vie autant que le droit ou l’économie.
Le biopouvoir, qui n’est qu’une mise à jour de la notion d’eugénisme,
se caractérise donc par une intrusion toujours croissante
dans l’intimité physique des gens pour la modifier et surtout la contrôler.
En effet, ce qui dérange le biopouvoir,
c’est la prolifération de la vie et de l’organique,
impossible à contrôler totalement.
Le transhumanisme est une tentative
d’enfermement de l’organique dans une forme prétendument augmentée,
mais surtout aseptisée, standardisée et sous contrôle,
tentative de meurtre du vivant et de son aspect toujours imprévisible et débordant.
Les gens normaux se refusent donc naturellement au transhumanisme.
Pour parvenir à les emprisonner là-dedans malgré tout,
il faut les séduire ou leur faire peur,
afin de les soumettre volontairement par des manœuvres d’ingénierie sociale
du type « pompier pyromane » et triangle de Karpman,
consistant à exploiter les projections psycho-émotionnelles
de la trilogie bourreau/victime/sauveur.
Cela commence par le déclenchement d’une crise,
suivi d’une opération d’hameçonnage (phishing),
c’est-à-dire un piratage de l’esprit par usurpation d’identité et abus de confiance,
où le responsable de la crise,
en position de « bourreau », se présente comme le « sauveur »
qui va protéger les « victimes » de la crise.
Quand le piratage est accompli,
que le bourreau a gagné la confiance de la population victime
et qu’elle s’ouvre à lui en abaissant ses défenses
parce qu’elle le perçoit comme un sauveur,
alors le pirate-bourreau peut passer à la deuxième phase
sans rencontrer de résistance,
c’est-à-dire la réécriture de l’architecture sociale
selon un nouveau plan présenté comme une solution de sortie de crise.
Cette restructuration du lien social
consiste à prendre le contrôle des relations
que les gens entretiennent librement
pour les recomposer à leur place.
Comment ?
Cela se fait toujours en jouant sur les relations de confiance et de méfiance,
afin de prendre le contrôle des relations de proximité et de distance.
Avec cette crise du coronavirus,
la relation à autrui et au monde est réécrite
pour être fondée sur la méfiance et la paranoïa,
selon une sorte de conflit triangulé généralisé,
où chacun est potentiellement bourreau de chacun.
Je dois apprendre à me méfier d’autrui et de la nature,
avec le maintien d’une distance entre moi, autrui et le monde,
et cette distance m’est dictée par le biopouvoir auquel,
en revanche, je suis tenu d’accorder une confiance aveugle,
au risque d’être accusé de « conspirationnisme »
et d’encourir des représailles judiciaires.
En résumé : pour le biopouvoir, cette crise du Covid-19
doit couper l’Histoire en deux
et faire entrer l’humanité dans une nouvelle ère
où l’auto-organisation du vivant sera progressivement abolie
pour être entièrement subordonnée
et rationnalisée par un pouvoir scientifique eugéniste.
R/ La surveillance numérique de masse passe
par les fameuses applications d’Apple ou de Google de contrôle sanitaire.
Comment les États et les grandes multinationales de la Silicon Valley se partagent
les informations et les rôles dans cette opération ?
Les États et les grandes multinationales
sont toujours en fait dirigés directement ou indirectement
par ce que l’on appelle le complexe militaro-industriel,
qui n’est pas exclusivement américain, chaque pays possède le sien,
mais celui des USA est le plus agressif.
L’avant-garde de la recherche scientifique
est toujours sponsorisée, surveillée et récupérée
en premier lieu par les unités de « recherche et développement » militaires.
Au niveau géopolitique international, tout est militarisé
(weaponized, comme disent les anglophones),
tout est rapport de forces, tout est volonté de puissance et relations dominant/dominé.
Les applications de géolocalisation et de surveillance numérique de masse
sont des outils de contrôle social,
c’est-à-dire en fait de militarisation des comportements.
Nous sommes dans une guerre hybride mondiale. Par exemple, la Chine,
qui est sous attaque permanente des USA et des réseaux de George Soros,
a besoin de militariser et discipliner sa population par un encadrement informatique global.
Afin de conserver sa souveraineté numérique et le contrôle de sa population,
la Chine doit aussi prévenir et limiter les risques de piratages informatiques de l’étranger,
d’où la campagne lancée par Pékin
pour débarrasser totalement son parc informatique des systèmes d’exploitation étrangers,
dont le plus connu est Windows de Microsoft,
et développer de nouveaux systèmes d’exploitation
et outils informatiques de conception chinoise et fabriqués en Chine,
et qui seront dépourvus des backdoors et autres logiciels espions de la NSA.
À terme, la Chine va donc devenir un trou noir pour les services de renseignement anglophones,
les Five Eyes de l’accord UKUSA et du système Echelon, et leurs associés israéliens et autres.
Dans quelques années, il sera pratiquement impossible de pirater, espionner
et attaquer le parc informatique chinois,
qui sera beaucoup mieux sécurisé qu’aujourd’hui.
Cet exemple chinois aura une forte capacité d’entraînement à l’internationale
et fera des émules par effet domino en Asie et partout dans le monde.
On comprend que cette émancipation chinoise
de l’hégémonie numérique occidentale
provoque un vent de panique de la Silicon Valley à Washington
en passant par Tel-Aviv : c’est la fin du projet néoconservateur de domination mondiale.
Ce qui ne veut pas dire que le gouvernement chinois va instaurer le paradis sur Terre,
mais qu’il pourra certainement relâcher la surveillance de sa population
quand les risques de déstabilisation de la Chine
par des attaques extérieures et intérieures
de cinquièmes colonnes pro-occidentales auront été jugulés.
R/ Les Français auront-ils le choix de refuser le traçage numérique ?
Pour le biopouvoir, il n’est pas prévu que nous ayons le choix.
Comme beaucoup de gens, je vois les pièces du puzzle s’assembler depuis un certain temps,
mais c’est l’affaire de Tarnac en 2008
qui a joué pour moi un rôle de catalyseur
et m’a poussé à rédiger un texte que j’ai publié sous anonymat,
Gouverner par le chaos – Ingénierie sociale et mondialisation.
J’exposais dans cet opuscule comment certaines forces politiques et économiques
cherchaient à implémenter une dictature numérique
au moyen d’une stratégie du choc qui pouvait être une épidémie,
et je citais à l’appui de cette prospective un texte manifeste de 2004,
le Livre Bleu, rédigé par le lobby du numérique en France, le GIXEL (devenu ACSIEL en 2013),
dans lequel étaient exposés certains stratagèmes pour faire accepter dans l’opinion publique
le développement de l’identité numérique.
(1) Dans le cadre de sa fondation ID-2020,
Bill Gates élabore aussi un système d’identification numérique
pour le monde entier et cherche à le vendre ainsi : à cause du coronavirus,
il faut vacciner toute la planète,
et nous devons tous recevoir un certificat numérique de vaccination.
Plusieurs technologies de certificat numérique
plus ou moins invasives sont à l’étude : dans votre Smartphone ;
dans un bracelet électronique ; sur la peau sous forme de tatouage à points quantiques ;
sous la peau sous forme de puces électroniques.
Si finalement nous pouvons avoir le choix et échapper à ce sort,
c’est parce que nous aurons remporté le rapport de forces pour dire « Non ! »
Tout est axé autour de la formule
confinement/distanciation sociale/vaccination/surveillance électronique,
dont il faut attaquer chaque point.
R/ Que nous réserve la suite des événements, selon vous ?
En fait, il faut se poser la question : comment vais-je peser sur la suite des événements ?
Il faut sortir du rôle de spectateur ou d’analyste des événements,
il faut créer les événements.
Le biopouvoir mondialiste a de gros moyens financiers
pour créer des événements au niveau international,
impacter le réel et écrire l’Histoire.
Il possède des millions, donc, en face, nous devons être des millions.
Nous n’avons pas le capital économique,
mais nous avons le capital humain.
Pour créer l’événement, impacter le réel et écrire l’Histoire contre le biopouvoir,
pour faire dérailler son programme,
il faut se poser deux questions concrètes : comment gagner la bataille de l’opinion publique
et comment organiser les masses politiquement ?
La bataille de l’opinion publique se gagne
en se formant aux méthodes de communication stratégique et d’ingénierie sociale,
rhétorique et retournement de l’opinion (spin),
dans le réel ou sur les réseaux sociaux, du moins tant que c’est possible,
car la prochaine crise devrait être cyber et toucher Internet,
comme l’a annoncé Alain Bauer.
(2) Cette grande crise cybernétique et numérique,
d’ampleur géopolitique et déclenchée par un virus informatique
qui provoquerait le « bug du siècle »,
permettra au pouvoir de couper Internet au moins partiellement,
et surtout de mettre fin à la réinformation indépendante avec un bon prétexte.
C’est le programme du Grand Confinement,
par l’addition du confinement physique
et du confinement mental – cognitif et informationnel.
Le but ultime est d’abolir toute auto-organisation du peuple,
donc toute autonomie dans l’organisation horizontale de la société.
Pour cela, il faut d’abord couper les gens physiquement les uns des autres dans le réel,
par le confinement physique, la distanciation sociale, le télétravail,
et tenter de pérenniser ce nouvel ordre social
en annonçant que « plus rien ne sera comme avant »,
comme on nous le martèle depuis des semaines.
Puis, dans un deuxième temps, au prétexte d’une crise numérique globale,
le pouvoir coupera les gens les uns des autres dans le virtuel aussi,
avec un Internet en mode dégradé,
limité au télétravail et à quelques messageries et portails inoffensifs,
usages qui seront malgré tout conservés, ce qui sera présenté comme une victoire.
Il faut essayer d’imaginer l’enfer que serait un confinement physique sans Internet,
c’est-à-dire sans aucun accès à la réinformation,
sans aucune possibilité de comprendre ce qui se passe
car nous serions enfermés physiquement à domicile, ou dans un périmètre limité,
et enfermés mentalement dans la narration exclusive du pouvoir,
dans une seule version des événements.
Dans d’autres publications,
j’ai baptisé cette fabrique de l’aliénation mentale « reality-building »,
car elle repose sur le principe de l’hypnose : la parole de l’hypnotiseur devient la réalité de l’hypnotisé.
(3)
Comment cela est-il possible ?
Parce que l’hypnotisé, qui n’est pas forcément endormi,
n’a pas d’autre source d’information que la parole de l’hypnotiseur.
Avant d’en arriver là, avant qu’il ne soit trop tard,
il y a urgence à gagner le combat politique,
ce qui signifie prendre le pouvoir, et ne pas se contenter des contre-pouvoirs,
dans la rue ou sur Internet, qui risquent fort de devenir impraticables de toute façon.
Prendre le pouvoir signifie être en capacité de se faire obéir par les forces de l’ordre.
L’activité métapolitique n’est donc pas suffisante,
il faut investir aussi le champ politique du pouvoir légal.
Les forces de l’ordre,
qui ont une capacité de contrainte sur votre corps et votre esprit,
n’obéissent pas à la métapolitique
mais au gouvernement et à ses représentants locaux, c’est-à-dire à l’État.
Il faut donc reprendre le contrôle de l’État
si nous voulons sortir de l’impuissance à laquelle la métapolitique nous limite.
Ceci suppose d’organiser les masses
de manière structurée dans une perspective de conquête du pouvoir,
ce qui suppose à son tour, et inévitablement, de jouer le jeu quelque peu ingrat
de la politique politicienne et des organisations politiques de masse.
http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1574
http://philanthropynewsdigest.org/news/bloomberg-philanthropies-commits-10.5-million-for-contact-tracing
https://news.yahoo.com/lawmakers-warn-coronavirus-contact-tracing-110029995.html
Cryptocurrency System Using Body Activity Data
https://news.bitcoin.com/microsoft-cryptocurrency-system/
(o: koniec przerwy :o)
super
Loading...